Factures impayées et coupures d’électricité : le PDG de Sonelgaz s’exprime

Tripoli (Libye) : une filiale de Sonelgaz entame la construction d'une centrale électrique de 160 MW

Le PDG de Sonelgaz, Chahar Boulakhras, s’est exprimé, ce mardi, sur les créances de l’entreprises détenues auprès de ses abonnés.

Selon lui, ces créances s’élèvent actuellement à 160 milliards de dinars, après qu’elles étaient à 180 milliards dinars. Il a relevé que les abonnés ont commencé à régler leurs factures impayées.

S’exprimant lors d’un point de presse animé en marge de sa visite d’inspection au chantier de réalisation du nouveau siège de l’OS (opérateur système, filiale du groupe Sonelgaz), Chahar Boulakhras a indiqué qu’il s’attendait à ce que les créances détenues auprès des abonnés augmentent durant la crise sanitaire liée à la pandémie du Covid-19.

Il a souligné que la Société de distribution d’électricité et de gaz (SADEG), filiale du groupe Sonelgaz, a commencé à couper l’électricité à certains gros consommateurs (industriels, commerçants…ect.) et à certains ménages qui ont accumulé 4 à 5 factures impayées. « Ils y a certains abonnés (ménages, ndlr) qui accumulent jusqu’à 6 factures impayées, ce qui représente une année et demi, sachant que une facture est établie sur 3 mois », a indiqué le PDG de Sonelgaz. 

« C’est trop pour nous, et nous ne pouvons pas supporter tout ce fardeau », a déclaré Chahar Boulakhras qui a appelé les abonnés de Sonelgaz à régler leurs factures.

Soulignant que les investissements de Sonelgaz et l’alimentation en électricité et gaz de Sonelgaz n’ont pas cessé, Chahar Boulakhras a indiqué que les caisses du groupe ont été fortement impactées durant la crise sanitaire.

Il a expliqué que Sonelgaz investit beaucoup et que même si elle récupère toutes les créances détenues auprès des abonnés, cela ne lui suffira pas dans ses investissements. « Si ce n’est pas l’Etat qui nous accompagne, nous ne pouvons pas répondre à la demande et réaliser les investissements nécessitant beaucoup d’argent », a-t-il dit.

Selon Boulakhras, Sonelgaz va passer à une autre étape qui est celle de récupérer toutes les créances sans exception, progressivement et selon les moyens des citoyens. « Cela va éviter de recourir aux coupures de courant », a-t-il dit, en ajoutant, à propos de ceux qui ne peuvent pas régler leurs factures, que des mesures ont été prises et des instructions ont été données pour mettre en place des facilités de paiement pour régler cette problématique même si elle prendrait des mois.

Il a estimé que Sonelgaz doit au moins retourner à un niveau des créances d’avant mars de l’année passée (avant la pandémie du coronavirus), qui étaient d’environ 60 milliards de dinars.