Espagne : Trois bateaux affrétés pour expulser des harragas algériens

Espagne : trois bateaux affrétés pour expulser des harragas algériens

Les autorités espagnoles ont affrétés trois bateaux de la compagnie maritime « Transmediterránea » pour expulser 120 sans-papiers algériens vers l’Algérie.

Selon le journal local El Independiente, qui a rapporté l’information hier (mardi), le secrétaire d’Etat espagnol à la sécurité, a annoncé, le 1er décembre dernier, la location de trois bateaux de la compagnie maritime en vue de l’organisation d’une opération d’expulsion de migrants algériens en situation irrégulière à Alicante vers l’Algérie.

Le ministère espagnol de l’intérieur a justifié le recours à ce procédé en raison de la pandémie du coronavirus (Covid-19) qui a provoqué la fermeture des frontières ayant rendu difficile le transport des migrants vers leur pays d’origine.

Selon le journal espagnol, quarante (40) sans-papiers seront embarqués dans chacun des trois bateaux et ils seront accompagnés par des agents de la police espagnole qui se chargeront de l’escorte. Le coup de cette opération s’élève à 65 000 euros environs pour chaque bateau, a détaillé la même source en ajoutant que l’Espagne pourrait recourir à un fonds spécial de l’Union européenne pour financer l’opération.

Concernant la date de départ de ces bateaux, aucune information n’a été divulguée.

Cette opération de retour des harragas algériens intervient après la visite de plusieurs responsables espagnols en Algérie et qui se sont entretenus avec les responsables algériens, selon El Independiente, qui a souligné que L’Algérie est l’un des pays africains avec lesquels le gouvernement espagnol a intensifié ses efforts politiques ces derniers mois pour tenter d’accélérer le retour des migrants arrivant en Espagne.

Le même journal a rappelé dans ce sens la visite en 2020 de la ministre espagnole des affaires étrangères, Arancha González Laya, et la visite, le 10 août dernier, du ministre espagnol de l’intérieur, Fernando Grande Marlaska, qui a été reçu par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, le ministre de l’Intérieur, Kamel Beldjoud et par le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum.

Le 2 décembre, dans des déclarations à Onda Cero , Fernando Grande Marlaska a fait savoir que son département avait déjà commencé à renvoyer les migrants vers les pays d’origine. Le ministre espagnol n’a pas précisé le nombre de sans-papiers expulsés.

Cette information a été confirmée le 5 décembre par le journal El Watan, qui a rapporté que dans la soirée de mardi 1er décembre, un bateau de voyageurs en provenance d’Espagne a accosté au port d’El Ghazaouet, dans la wilaya de Tlemcen à l’extrême ouest du pays, et à son bord plusieurs harragas algériens expulsés. La même source ignorait le nombre de ces sans-papiers algériens car « un black-out » entourait cette opération.

L’Espagne a enregistré l’arrivée de 35 656 migrants clandestins, selon des statistiques arrêtées au mois de novembre 2020, et 10 930 d’entre eux sont algériens, selon El Independiente. Le chiffre a quasiment triplé par rapport à 2019 où il était estimé à 3 559.