HomeénergieUne action urgente est nécessaire pour la transition énergétique du chauffage et...

Une action urgente est nécessaire pour la transition énergétique du chauffage et du refroidissement

La transition vers des solutions de chauffage et de refroidissement plus propres et plus durables peut attirer des investissements, créer des millions de nouveaux emplois et contribuer à une reprise économique durable à la suite de la crise mondiale du COVID-19, dit une nouvelle étude des principales organisations énergétiques.

Le rapport conjoint de l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA), de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) et du Renewable Energy Network for the 21st Century (REN21), met en évidence les avantages, identifie les obstacles à l’investissement, ainsi que les politiques pour accélérer l’adoption de chauffage et de refroidissement renouvelables dans le monde. Politiques en matière d’énergie renouvelable à une époque de transition: Chauffage et refroidissement  décrit cinq voies de transformation possibles, englobant l’électrification à base d’énergies renouvelables, les gaz renouvelables, la biomasse durable et les utilisations directes de la chaleur solaire thermique et géothermique.

«Le chauffage et le refroidissement éco-énergétiques basés sur des sources renouvelables sont devenus une priorité urgente pour les pays qui s’efforcent de respecter les engagements climatiques dans le cadre de l’Accord de Paris et de construire des économies résilientes et durables», a déclaré Francesco La Camera , directeur général de l’IRENA .

«La transition vers des solutions de chauffage et de climatisation plus propres, plus efficaces et durables peut attirer des investissements, créer des millions de nouveaux emplois et contribuer à une reprise économique durable à la suite de la crise mondiale du COVID-19. Il mettra à la disposition de tous les services de chauffage et de climatisation indispensables, y compris les îles éloignées et les pays les moins avancés d’Afrique et d’Asie.

La demande de chauffage et de refroidissement représente environ la moitié de la consommation d’énergie finale mondiale, principalement pour les processus industriels, suivie par les applications résidentielles et agricoles. La majeure partie de cette énergie provient désormais soit de combustibles fossiles, soit d’utilisations inefficaces et non durables de la biomasse. Le chauffage et le refroidissement, par conséquent, sont une source majeure de pollution atmosphérique et représentent plus de 40% des émissions mondiales de dioxyde de carbone (CO 2 ) liées à l’énergie. Dans le même temps, environ 2,8 milliards de personnes dépendent actuellement du bois de chauffage, du charbon de bois, de la bouse animale et d’autres combustibles inefficaces et polluants pour cuisiner.

La demande de chauffage et de refroidissement devrait continuer de croître. La demande de refroidissement a déjà triplé dans le monde depuis 1990, et à mesure que le changement climatique augmente le nombre et la gravité des vagues de chaleur, il en va de même pour l’urgence de fournir la climatisation et la réfrigération à des milliards de personnes.

Les décideurs politiques ont jusqu’à présent accordé une attention limitée à la transition entre le chauffage et le refroidissement. À la fin de 2019, seuls 49 pays – principalement au sein de l’Union européenne – avaient des objectifs nationaux en matière de chauffage et de refroidissement renouvelables, contre 166 ayant des objectifs pour la production d’énergie renouvelable. Pour décarboner l’énergie utilisée pour le chauffage et le refroidissement, des politiques agressives et complètes qui éliminent progressivement l’utilisation des combustibles fossiles et accordent la priorité aux énergies renouvelables et à l’efficacité sont encore plus urgentes au milieu de la pandémie COVID-19, qui a réduit la demande de chauffage et services de refroidissement, y compris dans les ménages et les petites entreprises. La crise sanitaire et économique a également aggravé les conditions d’accès à l’énergie dans de nombreux pays en développement.

La transition vers les sources renouvelables contribuera à améliorer l’accès à des services de chauffage et de climatisation propres, abordables et fiables, même dans les îles éloignées et dans certains des pays les moins avancés d’Afrique et d’Asie. Dans le même temps, le chauffage et le refroidissement renouvelables peuvent créer de nouveaux emplois, stimuler les économies locales et améliorer les moyens de subsistance des populations, tout en renforçant la sécurité et l’indépendance énergétique des pays, note le rapport.

Source : IRENA

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine