Lazhar Hani : « Air Algérie n’est pas à la hauteur des souhaits » des Algériens

Levée de la suspension des vols domestiques dès dimanche prochain

Le ministre des Transports, Lazhar Hani, s’est exprimé, hier, lors de son passage à l’émission LSA Direct du Soir d’Algérie, sur la situation actuelle de la compagnie aérienne nationale Air Algérie, fortement impactée par la fermeture des frontières.

« La compagnie Air Algérie n’est pas à la hauteur des souhaits de la population. Je vous le concède, c’est incontestable. Je suis le premier à le dire, et je le reconnais. Il y a des choses acceptables qui sont faites, il y a d’autres qui ne le sont pas. » a déclaré le ministre.

Interrogé sur les retards de vols sur Air Algérie, le ministre a indiqué que « le taux de respect des horaires par Air Algérie est de 73%. On est à un point inférieur à la moyenne mondiale. Moi même en voyant ces chiffres, j’ai été agréablement surpris », a-t-il ajouté.

Lazhar Hani atribue la cause de ces retards à la gestion par Air Algérie des vols domestiques et internationaux à la fois, d’oû la décision de créer une autre compagnie aérienne « low cost » dédiée exclusivement aux vols domestiques.

« Je reconnais qu’il y a des problèmes de gestion, d’organisation interne à la compagnie. C’est incontestable. On va travailler pour y mettre de l’ordre, parce que c’est le pavillon national », a indiqué le ministre qui estime que la compagnie aérienne « souffre d’un problème terrible ».

A ce propos, le même responsable explique qu’ « il n y a pas de culture d’entreprise. Une entreprise qui soit solidaire, où les employés et collaborateurs sont solidaires avec leur entreprise. Ils n’ont pas cette solidarité, c’est dommage. Je le regrette , je l’ai dit au responsable de la compagnie. »

Pour le ministre des Transports, Air Algérie « est une compagnie qui vit des problèmes endogènes qui lui sont propres, et des problèmes externes. »

Il a rappelé que la compagnie aérienne nationale est impactée « au même titre » que les autres compagnies par la crise sanitaire mondiale induite par la propagation du coronavirus Covid-19.

Il a également indiqué que les passagers des autres compagnies ont payé leurs billets pour les vols de rapatriement, estimant qu’il y a 20 ou 30% des passagers qui ont leurs tickets, mais le reste non.

« La compagnie va présenter sa facture à l’état, parce qu’elle a été réquisitionnée par l’État, donc elle va présenter la facture à celui qui l’a réquisitionné. C’est l’État », a indiqué le ministre.

Par ailleurs, Air Algérie a rapatrié 32 000 ressortissants algériens bloqués à l’étranger depuis la fermeture des frontières extérieures de l’Algérie, en raison de la propagation du coronavirus. Les citoyens algériens rapatriés ont été hébergés dans des hôtels aux frais de l’État.

Le ministre a indiqué que la facture que l’État a payé aux différents hôtels ayant hébergé les Algériens qui ont été rapatriés pour la période de confinement sanitaire avoisine les 70 milliards de dinars.

 

 

 

MDI