HomeActualitéNationalSoufiane Djilali : Le Sigle FLN doit être retiré de la scène...

Soufiane Djilali : Le Sigle FLN doit être retiré de la scène politique

Le président du parti Jil Jadid, Soufiane Djilali, a estimé, ce dimanche, que le sigle « FLN » (Front de libération national), doit être retiré de la scène politique nationale.

« Nous avions systématiquement demandé à ce que le sigle du FLN soit retiré dans la scène politique », a-t-il rappelé lors de son passage dans l’émission « Invité de la Rédaction » de la chaîne 3. Soufiane Djilali s’est référé à l’article 78 de la nouvelle Constitution qui dit : « l’Algérie doit protéger les symboles de la révolution ».

« Le FLN a été trop longtemps utilisé, instrumentalisé et sali malheureusement, puisqu’un nombre considérable de ses responsables qui ont été à la tête de ce parti-là, mais aussi des ministres au nom de ce parti, qui se retrouvent en prison et sont en train d’être jugés pour des faits graves de prévarication », a indiqué Soufiane Djilali.

« Il faut que le sigle FLN retrouve une place dans la mémoire collective et qu’il soit enseigné aux générations à venir comme quelques chose d’honorable et de noble qui a organisé la Révolution algérienne et non pas cet instrument qui a été sali par une voyoucratie qui s’est attribuée le pays lui-même comme un butin de guerre », a-t-il dit.

« Lorsqu’on sort en millions un vendredi, on peut aller en millions vers les urnes »

Par ailleurs, Soufiane Djilali a évoqué le mouvement populaire « Hirak ». « Le Hirak est sorti pour dire qu’il faut qu’on change. Ce changement, il y a ceux qui le voulaient brutal et ceux qui le voulaient de façon raisonnée », a-t-il souligné.

Selon Djilali Soufiane, pour ceux qui veulent le changement de « façon raisonnée », « c’est le moment idéal pour investir les institutions de la République », a-t-il estimé.

« Ces jeunes-là qui sortent tous les vendredis, qui crient leur colère et qui ont envie de voir leur pays changer. Je pense que c’est de cette façon-là qu’ils pourront le faire, contribuer directement. Ils ont une compétence, une ouverture d’esprit et les moyens. Alors je les invite à aller faire des listes et investir les partis politiques et à s’imposer sur le terrain », a indiqué le président de Jil Jadid, avant d’ajouter : « Lorsqu’on sort en millions un vendredi, on peut aller en millions vers les urnes pour faire élire ceux qui méritent ».

 

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine