Mebtoul: « Les objectifs de la nouvelle constitution sont la refondation de l’Etat algérien conciliant modernité et authenticité »

Mebtoul: « Les objectifs de la nouvelle constitution sont la refondation de l’Etat algérien conciliant modernité et authenticité »

Au lendemain de la convocation du corps électoral pour le Référendum sur la révision constitutionnelle, les réactions continuent d’affluer sur le contenu de cette nouvelle constitution.

Pour le professeur Abderrahmane Mebtoul, les objectifs stratégiques sont la refondation de l’Etat algérien conciliant la modernité et son authenticité, l’efficacité économique et une profonde justice sociale, de redonner la confiance actuellement brisée entre l’Etat et les citoyens grâce au dialogue fécond et productif.

Le professeur rappelle aussi les propositions qu’il a soumises au Président de la République concernant la révision de la constitution. Sur le volet politique, M. Mebtoul estime que c’est un facteur essentiel du développement économique et social, il s’agira de codifier le développement des libertés, politiques, économiques, sociales et culturelles l’implication de la jeunesse et la promotion réelle de la femme à la gestion de la Cité.

« Il s’agit aussi de codifier la bonne gouvernance, l’Etat de Droit par la lutte contre la bureaucratie paralysante, l’indépendance de la justice avec une nette séparation du pouvoir, exécutif, législatif- judiciaire- des juges indépendants des procureurs généraux nommés par l’exécutif, un rééquilibrage au niveau du Conseil de la magistrature en favorisant les élections libres, rééquilibrer le Conseil constitutionnel en faveur de personnalités indépendantes et renforcer le pouvoir du Conseil d’Etat », a-t-il précisé.

Il suggère notamment de codifier la fonction de chef de gouvernement et non plus de premier ministre, responsable de la politique socio-économique avec des prérogatives clairement définies avec obligation de présenter son bilan deux fois devant le parlement.

Concernant le volet économique, il propose entre autres de définir clairement le rôle futur de l’Etat dans le développement économique et social, en insistant sur le rôle de l’Etat régulateur conciliant les coûts sociaux et les coûts privés, de codifier la transition numérique, en prenant en compte de la cybercriminalité et de criminaliser la corruption qui connait un niveau inégalé depuis l’indépendance politique. M. Mebtoul considère notamment qu’il faut différencier la corruption de l’acte de gestion afin d’éviter de paralyser l’initiative des managers en dépénalisant l’acte de gestion, tout en respectant les Accords internationaux en la matière contre le blanchissement de l’argent «sale».

« En résumé, face aux enjeux géostratégiques, devant connaitre d’importants bouleversements horizon 2020/2030, impose à l’Algérie, qui a toutes les potentialités pour devenir un pays émergent et un pays pivot au niveau de la région méditerranéenne et africaine, une stratégie d’adaptation tant politique, économique, sociale, culturelle et militaire. L’opposition est l’opposition et le pouvoir est le pouvoir. Personne n’a le monopole du nationalisme, n’ayant pas d’autre patrie de rechange, le seul but en commun étant les intérêts supérieurs de l’Algérie », conclu-t-il.

MDI School