Condamnation de Khaled Drareni : La France réagit

Condamnation de Khaled Drareni : l'Union Européenne s’exprime

La France a réagi ce mercredi 16 septembre 2020 à la condamnation du journaliste Khaled Drareni en appel à deux ans de prison ferme.

« La France réaffirme son attachement à la liberté de la presse et à la sécurité des journalistes, partout dans le monde », a déclaré la porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, citée par l’AFP.

« La liberté d’informer est un droit fondamental, qui doit être protégé », a ajouté Agnès von der Mühll dans une courte réaction.

La condamnation en appel mardi de Khaled Drareni a suscité plusieurs réactions de consternation et d’indignation au niveau national et international. 

Aujourd’hui, des experts des droits de l’Homme de l’Organisation des Nations Unies (ONU) ont réagi en condamnant la peine de prison prononcée à l’encontre du journaliste Khaled Drareni.

« Nous condamnons avec la plus grande fermeté cette peine de deux ans de prison infligée à un journaliste qui ne faisait que son travail, et nous appelons les autorités algériennes à l’annuler et à libérer M. Drareni », ont déclaré les experts, en appelant les autorités algériennes à annuler la sentence et à libérer Drareni de prison.

M. Drareni, 40 ans, a fondé le site d’information en ligne Casbah Tribune et est le correspondant en Algérie pour la chaîne de télévision française TV5 Monde et pour RSF. Détenu depuis le 29 mars, il a été arrêté après avoir couvert une manifestation dans le cadre du « Hirak ». Il avait été condamné à trois ans de prison le 10 août en première instance pour «incitation à attroupement non armé» et «atteinte à l’unité nationale».

MDI School