Coronavirus : Djerad évoque une stabilité relative de la pandémie en Algérie

Réunion du Gouvernement : examen de projets de décrets intéressant plusieurs secteurs

Alors que la propagation de l’épidémie du Coronavirus se stabilise de plus en plus dans le pays, le Premier ministre, Abdelaziz Dejrad, a indiqué ce lundi que les autorités n’ont pas encore fixé la date de la rentrée scolaire.

Intervenant sur la radio locale de la wilaya de Blida, lors de sa visite ou il a donné le coup d’envoi de l’examen du BEM,  le Premier ministre a souligné l’amélioration de la situation dans cette wilaya qui était l’un des premiers clusters de la pandémie dans le pays.

Djerad a évoqué aussi une stabilité relative à travers tout le territoire national, imputant ces résultats au travail effectué par les autoritésainsi que la responsabilité et la conscience des citoyens.

Dans ces conditions, l’invité de la radio a souligné que la date de la rentrée scolaire n’est pas encore fixée et qu’il n’était pas possible de s’aventurer avec la santé des élèves » pour l’instant.

Évoquant le système scolaire, Djerad a indiqué que le contenu éducatif doit également être en phase avec la modernisation et la technologie mondiale. A ce propos, il a souhaité que les écoles et les universités forment aussi une génération qui a la capacité d’innovation et de connaissance, en fournissant à chacun les conditions nécessaires pourront construire son pays.

S’exprimant sur la révision de la constitution, Djerad a déclaré que le projet d’amendement est une étape importante dans la vie politique du pays, soulignant que ce projet constituera un levier pour la relance économique et construire un système politique équilibré et inclusif dans le pays. Les amendements de la constitution permettront aux algériens de ne plus sentir de discrimination ni d’exclusion a-t-il ajouté.

Le Premier ministre a expliqué que l’Algérie a traversé des étapes très difficiles, et qu’à travers le Hirak, le peuple algérien a exprimé son refus pour la tyrannie, affirmant que «toutes les données de cette constitution confirment que l’Algérie a rompu avec l’ère de la corruption et de l’injustice ».

Dans ce sens, Djerad a insisté sur le sujet en précisant qu’ «avec cette constitution, nous passons à une nouvelle étape et à une nouvelle Algérie, pour construire un pays qui permettra aux jeunes générations de travailler avec toutes les garanties ».