HomeActualitéNationalLa demande de libération de Khalida Toumi rejetée

La demande de libération de Khalida Toumi rejetée

La chambre d’accusation de la Cour suprême, mercredi, a rejeté la demande de remise en liberté de l’ancienne ministre de la Culture Khalida Toumi en détention depuis début novembre 2019.

La détention de provisoire de Khalida Toumi a été prolongée il y a quelques jours de quatre mois par le conseiller instructeur près la même juridiction, et ce pour les besoins de l’enquête.

Selon la défense de l’ancienne ministre, actuellement en détention à la prison de Kolea (Tipaza), « la chambre d’accusation n’a pas le droit de valider la décision de prolongation de sa détention préventive au-delà d’une période de 8 mois, car elle est poursuivie dans le cadre d’un délit. Et dans ce cas de figure, la détention provisoire ne doit pas excéder cette période. Khalida Toumi est depuis un mois en prison, de manière illégale », a expliqué Me Boudjema Ghechir qui a précisé « c’est une violation de l’article 125 du code de procédure pénale ».

« Nous allons saisir le président de la République en tant que premier magistrat du pays sur cette violation de la loi et l’interpeller sur le fonctionnement de la justice qui perd chaque jour davantage sa crédibilité », a ajouté l’avocat cité ce jeudi par le journal Liberté.

L’ancienne ministre est poursuivie pour « dilapidation de deniers publics, abus de fonction et octroi d’indus privilèges ». Selon la même source, « l’enquête préliminaire s’est intéressée à l’ensemble des actes de gestion de la ministre entre 2002 et 2014, et particulièrement aux frais d’organisation de deux événements culturels sous la présidence d’Abdelaziz Bouteflika. À savoir, le Festival panafricain en 2009 et “Tlemcen, capitale de la culture islamique”, en 2011. »

Me Ghechir a expliqué : « Les enquêteurs ont estimé que les coûts de ces événements sont élevés. Mais ce qu’il faut savoir c’est qu’ils revêtaient un caractère très particulier. Ce sont des initiatives politiques pour redorer le blason du pays qui ont été entreprises sur instruction du président de la République et avec le quitus du Conseil des ministres. Il fallait notamment payer les billets d’avion et les frais d’hébergement des participants des pays africains pauvres ».

Selon l’avocat : « En neuf mois, Khalida Toumi n’a été entendue qu’une seule  fois. L’instruction est au point mort. Ce qui rend encore plus intolérable son maintien en prison ».

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine