HomeActualitéNationalHarraga : Selon l'APS, "les dernières traversées sont composées de marocains et...

Harraga : Selon l’APS, « les dernières traversées sont composées de marocains et de subsahariens »

L’agence officielle « Algérie Presse Service » (APS) a publié mardi une dépêche dans laquelle elle est revenue sur la gestion de la pandémie du coronavirus (covid-19), le manque de liquidités dans le réseau postal ce qui a créé des files d’attente devant les bureaux de poste et le phénomène de l’émigration clandestine « Harraga » qui a repris en force ces derniers jours.

Dans sa dépêche intitulée « Pandémie, poste et liquidités, lutte contre l’émigration clandestine, l’Etat présent sur tous les fronts », l’agence officielle a indiqué que le phénomène des « Harraga » tout comme le manque de liquidités dans le réseau social est « exploité » par des personnes « malintentionnées » pour « ternir l’image de l’Algérie ».

Pour l’APS, le Phénomène des « Harraga », n’est que « manipulation et contrevérités » et affirme que les dernières traversées de était surtout composées de marocains et de subsahariens.

« La toile s’est enflammée pour relayer des informations sur l’arrivée d’un nombre « important » nombre de « Harraga » sur les côtes de la rive nord de la Méditerranée. Pourtant, il est désormais avéré que les dernières traversées clandestines étaient surtout composées de Marocains et de Subsahariens », a écrit l’agence officielle.

Et d’ajouter : « A rappeler aussi, à ce propos, que ces groupes de jeunes migrants, composés en grande partie d’étrangers qui ont traversé dernièrement la Méditerranée pour rejoindre l’Espagne, ont aussi été alléchés par des promesses de régularisation de leur situation une fois arrivée en terre ibérique ».

« De plus, il convient de relever que les embarcations utilisées, en particulier les canots semi-rigides de Type « Zodiac », propulsées par de puissants moteurs, ne sont pas à la portée du premier venu », a soutenu l’APS qui a précisé que « leur acquisition est forcément le fait de personnes fortunées dont les moyens ne sont pas étrangers a de trafics de tout genre y compris celui de la drogue, selon des spécialistes ».

« Notons, par ailleurs, que les citoyens bloqués à l’étranger et qui réclamaient leur rapatriement vers leur pays, ont commencé à rejoindre l’Algérie grâce à la prise en charge de ce problème par les hautes autorités du pays à leur tête le Président de la République. Ce qui dénote de l’attachement viscéral des Algériens à leur mère patrie. Il est patent que l’Etat algérien, malgré la conjoncture économique difficile, ne lésine sur aucun moyen pour relever les importants défis de l’heure avec détermination, sérénité, et dans un cadre de concertation », a conclu l’agence APS.

Dimanche 26 juillet, le quotidien espagnol El Pais a rapporté qu' »au total, 418 personnes sont arrivées entre vendredi et samedi matin sur la côte de la région de Murcie (Sud-Est de l’Espagne) à bord de 31 embarcations« . Le média espagnol a précisé que la majorité des migrants interceptés étaient des algériens.

Selon les données de l’agence européenne des frontières, en 2020, les algériens représentent 55% des migrants interceptés dans le détroit de la mer d’Alboran (57 km au nord de Melilla et à 84 km des côtes espagnoles), alors que durant les années précédentes, leur nombre ne dépassait pas les 10%.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine