Le RCD critique sévèrement le bilan du pouvoir

Les autorités interdisent la tenue d'une réunion du RCD

Le RCD a estimé que le pouvoir a échoué dans sa tentative d’une recomposition du système en profitant la crise sanitaire provoquée par la pandémie du coronavirus (covid-19) qui a imposé un confinement en Algérie, notamment la suspension des manifestations du mouvement populaire « Hirak ».

« L’échec du pouvoir de fait, dans sa stratégie de maquiller une hypothétique tentative de recomposition du système, est patent. Isolé, il a fait, encore une fois, le mauvais choix de vouloir mettre à profit la suspension des manifestations publiques pour cause de pandémie afin d’accentuer la traque des militants politiques et des activistes du Hirak. Le résultat est sans ambages : il a perdu sur tous les tableaux (…) », lit-on dans un communiqué du secrétariat national du RCD rendu public le vendredi 19 juin 2020.

Au sujet de la situation sociale et économique, le RCD alerte « sur l’explosion du chômage et la baisse dramatique du pouvoir d’achat de larges couches de la population ». « Dans ce registre, les incantations hors temps, les auto-glorifications mal venues, l’instrumentalisation de l’appareil judiciaire ou encore l’emploi de la politique de diviser pour régner ne peuvent assurément pas sauver un régime honni par l’écrasante majorité du peuple algérien mais pire sont un danger pour la pérennité de l’État », prévient le RCD.

« Dans le contexte de la révolution ouverte par février 2019, l’explosion sociale à laquelle les apprentis sorciers du pouvoir de fait semblent travailler ne peut être circonscrite à un cahier de revendications économiques et sociales à régler. Elle ne peut qu’alimenter et accélérer la nécessité du départ du système dans la conscience du plus grand nombre de citoyens », écrit encore le parti.

« A moins d’un choix suicidaire de la répression sanglante, la solution à la crise de légitimité passe par l’exercice de la souveraineté populaire par le biais d’un processus constituant souverain conduit par des instances de transition crédibles », estime le RCD.

Le RCD dénonce via son communiqué « l’assassinat du jeune Ayoub Agh Adji lors de la manifestation pacifique de Tin Zaouatine, organisée pour dénoncer les conditions de vie exécrables des populations de la localité et de nombreuses localités du Grand Sud. »

MDI School