HomeAutresL’Algérie relance son méga-projet de phosphate

L’Algérie relance son méga-projet de phosphate

Le gouvernement algérien a donné son aval pour le lancement de deux grands projets « porteurs et qui engagent plusieurs secteurs », a affirmé le jeudi 11 juin 2020, le ministre de l’Industrie et des Mines, Ferhat Ait Ali, dans une déclaration à l’agence officielle.

Il s’agit du méga-projet intégré d’exploitation et de transformation du phosphate à l’Est du pays et celui de mine de fer à Gara Djebilet (Tindouf) dont les études sont en cours de finition afin de préparer son lancement dans « les plus bref délais », a souligné le ministre qui a précisé que le coût d’investissement dans les deux projets est estimé « entre 15 et 16 milliards de dollars ».

Le complexe du phosphate qui s’étend sur cinq wilayas de l’Est du pays (Tébessa, Souk Ahras, El Tarf, Skikda et Annaba) permettra à l’Algérie de se placer parmi les plus grands exportateurs d’engrais dans le monde.

Selon le mémorandum d’entente signé en novembre 2018 à Tebessa, la société Asmidal (filiale du groupe Sonatrach) détient 34% de ce complexe contre 17% pour le groupe Manadjim El Djazair (Manal), soit un total de 51% pour la partie algérienne, alors que les 49% restants sont détenus par la partie chinoise (le groupe Citic, le Fonds de la Route et de la soie, le Fonds sino-africain pour le développement ainsi qu’un technologue à intégrer), précise la même source.

Le ministre n’a pas donné plus de détails. Il a toutefois indiqué que « pour l’instant tout est a l’étude. Tant nous avons rien signé, nous n’avons rien à dire. Rien n’est sure, des deux cotés d’ailleurs. Pour l’instant nous avançons sur plusieurs fronts et le jour de la signature nous vous dévoilerons tout ».

APS

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine