HomeActualitéConcessionnaires automobiles : Le nouveau cahier des charges sera prêt au plus...

Concessionnaires automobiles : Le nouveau cahier des charges sera prêt au plus tard en juillet

Le cahier des charges fixant l’activité des concessionnaires automobile qui importeront les véhicules neufs sera prêt d’ici le mois de juillet a indiqué le ministre de l’Industrie et des Mines, Ferhat Ait Ali Braham.

Dans une rencontre avec la presse, Ait Ali a donné  les grandes lignes du prochain cahier des charges de l’industrie automobile précisant qu’il est conçu pour mettre en place une vraie base industrielle et mécanique dans le pays en imposant un taux d’intégration minimum de 30%. Le ministre qui a critiqué encore l’ancienne politique du montage des véhicules en Algérie a indiqué que le véhicule ne peut être considère local sans un taux d’intégration de 40%.

Donnant plus de détails sur le futur cahier des charges, le ministre a expliqué que son département commencera à recevoir les demandes qui seront traitées dans un délai d’un mois, dès la rentrée en vigueur du cahier des charges.

De ce fait, il a estimé que la liste des concessionnaires qui seront agréés sera prête qu’au dernier trimestre de l’année, tout en affirmant l’existence du droit de recours pour ces derniers. Ainsi, Ait Ali a souligné que le début des premières importations des véhicules peut être réalisé dès la fin de l’année.

Le nouveau cahier des charges explique encore le ministre,  stipule qu’il est obligatoire d’avoir les capacités nécessaires pour mener à bien cette activité, notamment concernant les halls d’exposition et les ateliers de service après-vente, ainsi que les utilisateurs qualifiés.

Selon les termes du nouveau document, l’agent ne peut pas importer un véhicule sans avoir préalablement obtenu la commande du client, «le temps de la création d’énormes stocks est révolu, et ils sont épuisés, selon la situation», selon le ministre.

Toutefois, il a affirmé que « le nouveau cahier des charges est une remise des pendules à l’heure et une remise à zéro des agréments ». « Les agréments en tant que monteur ne sont pas transposables sur l’activité de concessionnaire, et c’est valable aussi pour les anciens agréments de concessionnaires » a-t-il ajouté.

L’industrie militaire n’est pas concernée 

Par ailleurs, Ait Ali a souligné que les industries militaires liées au ministère de la défense nationale ne sont pas concernées par les termes du cahier des charges compte tenu de ses objectifs stratégiques, il est essentiel de garantir l’indépendance de l’Armée nationale populaire dans le  domaine l’équipement, expliquant que ces industries contribuent à une mission différente de celle de répondre aux besoins des consommateurs ou créer une valeur commerciale et donc pas besoin d’appliquer les termes du cahier des charges à une organisation qui garantit la sécurité du pays et le budget public ».

Evoquant les prix des prochains véhicules importés, Ait Ali, a indiqué que le cahier des charges permettra aux concessionnaires de vendre avec des prix raisonnables, mais avec la baisse de la valeur du dinar algérien, cela pourrait avoir un impact.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine