Pour réviser ses prix du gaz : Naturgy engage un arbitrage international contre Sonatrach

Pour réviser ses prix du gaz : Naturgy engage un arbitrage international contre Sonatrach

La commercialisation du gaz algérien vers ses principaux clients en Europe, est en difficulté, et risque de se compromettre, notamment avec la demande de révision des prix demandée par Naturgy, partenaire Espagnol de la Sonatrach qui prévoit de saisir un arbitrage international à ce sujet.

C’est ce qui a été confirmé lundi par le journal espagnol « cinco Dias« , qui cite le président de Naturgy, Francisco Reynés, qui a affirmé que sa société « aurait recours à tout instrument juridique pour adapter ses contrats internationaux de gaz naturel à circonstances actuelles du marché ».


Lire aussi: Les importations espagnoles de gaz naturel algérien à leur plus bas niveau historique


En effet, la pandémie du Coronavirus a affecté aussi les prix du GNL, qui ont chuté les prix du gaz d’environ  20% et 30% cette année, et a conduit la société énergétique à négocier une revue extraordinaire des contrats d’approvisionnement avec ses fournisseurs internationaux, mais jusqu’à la sans succès, ce qui a obligé Naturgy a engagé une batterie d’arbitrages tout au long de cette année.

Le contrat qui liait l’Algérie à travers sa société, Sonatrach, à l’Espagne « est le plus pertinent de tous », et « un arbitrage est déjà en cours » affirme la même source. Il sera suivi d’autres arbitrages similaires contre le Nigeria, les États-Unis ou la Russie, qui s’ajouteraient à celui que la société espagnole maintient actuellement contre le Qatar ajoute encore EL Pais.

La première étape consiste dans l’engagement d’un cabinet d’avocats « de poids international et de prestige reconnu », selon des sources commerciales, afin d’obtenir une révision extraordinaire des prix des contrats avec l’Algérie, qui représentent un volume compris entre 8 et 9 milliards de m3 de gaz naturel par an.


Lire aussi: L’Algérie n’est plus le premier fournisseur de gaz naturel de l’Espagne


En effet, les contrats internationaux de gaz sont généralement standard et comprennent deux types de clauses de révision des prix: la conventionnelle, tous les trois ans, qui permet de les adapter quand il n’y a pas beaucoup de variation, et les extraordinaires, quand, comme actuellement, des changements se produisent profondément dans le marché.

Or que des indices comme le Henry Hub ont enregistré cette année le niveau le plus bas de son histoire et comparé à un prix habituel de sept dollars par million de btu (il a atteint un maximum de 14 dollars) au moment où il se situe à 2 dollars, soulignent des sources du secteur. Les pires présages indiquent également qu’il pourrait tomber à zéro dollar.

Pour rappel, Naturgy a déjà fait face à l’Algérie dans un long procès, qui a abouti à une sentence qui lui a coûté près de 1,9 milliard de dollars en 2010.

Cette décision est prise par Naturgy qui est le deuxième client gazier de l’Algérie et son partenaire dans le pipeline Medgaz, suite à la profonde dépression des prix des matières premières dérivée, d’une part, de l’offre excédentaire enregistrée depuis l’année dernière en raison du ralentissement de l’économie et d’autre part, de l’effondrement de la demande pour les mesures de confinement pour lutter contre la pandémie du coronavirus.

MDI School