Constitution, covid-19, arrestations : Les déclarations de Belaid Mohand Oussaid

Constitution, covid-19, arrestations : Les déclarations de Belaid Mohand Oussaid

Le ministre conseiller à la communication, porte-parole officiel de la Présidence de la République, M. Belaïd Mohand Oussaïd a répondu aux questions des journalistes lors d’une conférence de presse tenue au siège de la Présidence de la République. Plusieurs sujets ont été abordés lors de cette rencontre avec la presse, notamment, la révision de la Constitution, la pandémie du coronavirus en Algérie, les arrestations de citoyens pour des publications sur les réseaux sociaux…etc.

Constitution

Interrogé sur la distribution de la mouture de l’avant-projet de révision de la Constitution, Belaïd Mohand Oussaid a indiqué que « la présentation de l’avant-projet de révision de la Constitution est venue en réponse à l’insistance répétée de certains acteurs politiques et représentants de la société civile, en dépit de l’impossibilité de tenir des réunions publiques du fait de la propagation de la pandémie du coronavirus »

« Lors de sa dernière rencontre avec la presse, le Président de la République avait précisé que « son accord sur cette demande dépendait de l’engagement de tous à respecter les mesures préventives », a rappelé M. Belaïd ajoutant que « nul besoin donc des aprioris sur son timing ».

Le Porte-parole officiel de la Présidence a ajouté, selon compte-rendu de l’agence officielle APS, que le seul but de la présentation de ce projet était de « mettre à profit la période de confinement pour prendre connaissance des modifications proposées et les débattre sereinement et profondément via les divers médias ou en visioconférence ».

« L’objectif est que l’Algérie ait une Constitution consensuelle la préservant de tomber dans l’autoritarisme et de vivre des crises à chaque fois qu’il y a un dysfonctionnement à la tête du pouvoir », a assuré M. Belaïd.

Il a souligné, à ce propos que cette démarche « s’inscrit dans le cadre des revendications populaires pour un changement radical du mode et pratiques de gouvernance à tous les niveaux et la restauration de l’autorité de l’Etat à travers la moralisation de la vie publique, la lutte contre la corruption et la prévalence de la compétence sur l’allégeance au service de l’intérêt général ».

L’avant-projet de l’amendement constitutionnel « n’est qu’une ébauche de révision, une plateforme de débat et une méthodologie de travail pour que le débat part d’un document élaboré par une élite de grands professeurs en droit », a-t-il conclu.

Pandémie du Coronavirus

Concernant l’évolution de la pandémie du covid-19 en Algérie, M. Belaid a affirmé que « notre pays enregistre une évolution stable » de l’épidémie comme le montrent les statistiques quotidiennes qui révèlent un recul du nombre d’infections et une hausse du nombre de guérisons, prévenant toutefois que tout « manquement aux règles de confinement réduira à néant les efforts consentis par l’Etat » pour venir à bout de cette pandémie, d’où, a-t-il dit, la nécessité pour les citoyens de respecter les mesures préventives.

Après avoir rappelé que le confinement avait été prolongé de 15 jours supplémentaires, M. Belaïd a dit que la responsabilité du citoyen était « primordiale ». En effet, l’Algérie « était en passe de sortir de la zone de danger avant la levée partielle du confinement », mais la précipitation des citoyens et la forte affluence enregistrée au lendemain de cette décision ont amené les autorités à durcir à nouveau les mesures de confinement, a-t-il expliqué.

« Nous vivons une situation inédite qui exige davantage d’efforts de la part des citoyens afin d’en sortir au plus vite », a-t-il soutenu, ajoutant que ceux qui ne respectent pas les consignes « sont responsables de l’aggravation de la pandémie et du retard de la dynamique de développement économique ».

Arrestations pour des publications sur les réseaux sociaux

A une question sur les arrestations pour publication sur les réseaux sociaux, Belaid Mohand Oussaid a répondu : « Il y a une très forte volonté politique à appliquer la Loi à l’encontre des individus exploitants les réseaux sociaux pour offenser des personnes et semer la Fitna ».

« Ces personnes ont à affaire à la Loi et seule la Justice est habilitée à trancher leurs dossiers conformément au Code de procédures pénales, adopté récemment par le Parlement », a-t-il indiqué.

Soulignant « l’impératif respect de la Loi, notamment pour ceux qui ne s’y sont jamais soumis parce qu’elle était piétinée », M. Belaïd a averti que « quiconque transgresse la Loi, fera face à la Justice ». Néanmoins, a-t-il assuré « l’Etat veillera à rendre justice à toute personne injustement accusée ».

Evoquant certains cas, comme l’information fallacieuse sur la fermeture des stations-service qui « a provoqué une crise majeure », ainsi que d’autres cas « plus graves », le Porte-parole de la présidence de la République a appelé à « la responsabilité et au respect de la pratique de la liberté ».

Dans le même sillage, M. Belaïd a souligné que les amendements proposés dans la mouture de la Constitution « ouvrent grand la porte aux libertés, notamment en matière de presse et son immunisation contre les dérapages pour sa protection et la protection des journalistes ».

Concernant l’ouverture de la Télévision publique à l’opposition, le ministre conseiller à la Communication a précisé que cette démarche « est à ses débuts et il faut faire preuve de patience », faisant état d’un « programme pour l’accès des représentants de l’opposition à la Télévision nationale, tant les partis politiques, et la société civile, que des experts et des compétences nationales ».

Algérie-Eco/APS

Colloque MDI