HomeActualitéNationalCensure : Le journal électronique "Interlignes Algérie" bloqué

Censure : Le journal électronique « Interlignes Algérie » bloqué

Après le blocage il y a dix jours des deux médias électroniques Maghreb Émergent et Radio M, le journal en ligne « Interlignes Algérie » vient d’être censuré à son tour. Selon un communiqué émanant du site d’information, ce dernier est inaccessible depuis la fin de la matinée de ce dimanche 19 avril 2020.

« Notre journal INTERLIGNES est inaccessible depuis la fin de la matinée d’aujourd’hui, 19 avril 2020. Nos lecteurs l’auront certainement constaté. Les utilisateurs de l’ADSL et de l’internet mobile ne peuvent plus y accéder sans le recours à l’application VPN. Il s’agit d’une nouvelle mesure de censure qui cible notre média », lit-on dans le communiqué parvenu à notre rédaction..

« Et pour cause, INTERLIGNES a déjà été victime de cette même décision arbitraire en juillet 2019. Les tenants du pouvoir à l’époque voulaient nous punir pour avoir assumé notre devoir de couvrir les marches du mouvement populaire », rappelle-t-on.

« La censure n’a été levée qu’à la fin de l’année. Mais seulement pour quelques semaines. Revoilà à nouveau le blocage, sans pour autant savoir quelle en est la raison », souligne-t-on dans le communiqué avant de s’interroger : « Qui a donné l’ordre de nous bloquer ? Que nous reproche-t-on encore cette fois-ci ? Veut-on nous faire payer notre objectivité et notre rigueur dans le traitement de l’information ? »

« (…) Nous défions quiconque, des autorités, des institutions, et personnalités, de nous apporter un écrit dans lequel nous pratiquons la diffamation, ou la diffusion de fausses informations », ajoute le communiqué d’Interlignes, notant que « cette série de censures dont sont victimes aussi nos confrères intervient au moment où les Algériens ont plus que jamais besoin des médias pour s’informer et faire face à la pandémie de Covid-19 qui ravage le monde entier ».

« En attendant d’avoir une réponse claire, nous tenons à informer l’opinion publique nationale et à la prendre à témoin », conclut le communiqué.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine