Le Groupe de la Banque mondiale lance une initiative en faveur des femmes entrepreneures

Le Groupe de la Banque mondiale lance une initiative en faveur des femmes entrepreneures

Le Groupe de la Banque mondiale vient d’annoncer, au Sommet MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord) sur l’Initiative de financement en faveur des femmes entrepreneures (We-Fi), deux nouvelles initiatives visant à améliorer l’accès des femmes entrepreneures aux financements disponibles pour les start-ups et aux marchés du commerce électronique. « Créer et développer une entreprise est l’un des moyens les plus efficaces pour les femmes de sortir de la pauvreté et d’améliorer leurs conditions de vie et celles de leur famille et de leur communauté » a déclaré David Malpass, Président du Groupe de la Banque mondiale. « L’élimination des réglementations et autres obstacles qui entravent l’accès des femmes aux financements et aux marchés peut donner aux entreprises féminines une chance de prospérer ».

L’initiative We-Fi, qui est hébergée par la Banque mondiale, a déjà mobilisé près de 250 millions de dollars pour aider les femmes entrepreneures à surmonter les obstacles auxquels elles se heurtent dans les pays en développement. Ces fonds seront alloués à 114 000 femmes chefs d’entreprise. L’initiative est un excellent moyen d’attirer de nouveaux investissements en aidant à mobiliser plus de 2,6 milliards de dollars de financements publics et privés supplémentaires.

Au Sommet régional MENA sur l’initiative We-Fi, tenu en marge du Forum mondial des femmes de Dubaï 2020, la Société financière internationale (IFC) et l’initiative We-Fi ont lancé  le Programme ScaleX pour encourager la création d’accélérateurs de start-ups dirigées par des femmes. Selon des études menées par l’IFC, les femmes entrepreneures dans les pays émergents ont un énorme handicap à surmonter par rapport aux hommes en termes d’accès au crédit puisque seulement 11 % des entreprises qui reçoivent des financements de démarrage sont dirigées par des femmes. De nouvelles études montrent que, bien que la moitié des jeunes entreprises qui participent aux accélérateurs de start-ups – des programmes qui offrent une formation et un appui aux jeunes entreprises pour qu’elles soient prêtes à recevoir des investissements – soient dirigées par des femmes, elles se heurtent encore à de fortes inégalités dans l’accès aux capitaux.

Le programme encouragera les accélérateurs dans les pays émergents à travailler avec les entreprises féminines en appliquant un système de paiement fondé sur les résultats : chaque femme entrepreneure qui mobilise 1 million de dollars de fonds de démarrage auprès d’investisseurs recevra un montant de 25 000 dollars « Nous lançons le programme ScaleX pour aider les femmes entrepreneures dans les pays émergents à obtenir des financements à un stade crucial pour le développement de leur entreprise », a expliqué Sérgio Pimenta, Vice-président de l’IFC pour la région Moyen-Orient et Afrique. « Tout le monde y gagne : les accélérateurs, les investisseurs et les femmes entrepreneures ».

La Banque mondiale et la société UPS ont également annoncé aujourd’hui un nouveau partenariat qui aidera les femmes entrepreneures dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord à développer leur entreprise en les aidant à tirer parti des plateformes de commerce électronique. « En facilitant l’accès aux plateformes de commerce électronique, ce partenariat supprime l’un des principaux obstacles qui empêchent les entreprises féminines d’avoir accès à de nouveaux marchés », a indiqué Ferid Belhaj, Vice-président de la Banque mondiale pour la région MENA. « Les plateformes de commerce électronique ouvrent des débouchés, et nous devons faire en sorte que ceux-ci soient également accessibles aux entreprises régionales dirigées par des femmes ».

UPS offrira des modules d’apprentissage en ligne sur différents sujets ayant trait au commerce électronique pour aider les petites et moyennes entreprises dirigées ou détenues par des femmes qui souhaitent étendre leurs activités au-delà des frontières. Le projet  fournira une aide à 750 femmes entrepreneures et formera un groupe de conseillers en commerce électronique qui dispenseront une assistance et des conseils adaptés aux besoins des entreprises. Le partenariat collaborera avec des femmes entrepreneures en Algérie, à Djibouti, en Égypte, en Jordanie, au Liban, au Maroc et en Tunisie.

L’initiative We-Fi a alloué des fonds à des programmes mis en œuvre par la Banque africaine de développement, la Banque asiatique de développement, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, la Banque interaméricaine de développement, la Banque islamique de développement et le Groupe de la Banque mondiale. Les programmes We-Fi de la Banque mondiale et de l’IFC (75 millions de dollars de fonds alloués) collaborent avec des partenaires privés et publics dans 24 pays, dans le cadre de 27 projets d’investissement et de conseil, afin de permettre aux femmes entrepreneures d’avoir accès aux financements et aux marchés, tout en renforçant ces efforts grâce aux  activités de recherche, de collaboration et de sensibilisation menées au niveau mondial.

L’initiative de financement en faveur des femmes entrepreneures (We-Fi) est un partenariat sans précédent qui vise à débloquer des financements pour les entreprises féminines dans les pays en développement. Quatorze pays donateurs et six banques multilatérales de développement collaborent avec cette initiative en tant que partenaires d’exécution, aux côtés de nombreux autres acteurs publics et privés à travers le monde. L’initiative We-Fi suit une approche éco-systémique pour éliminer les obstacles à l’autonomisation économique des femmes en aidant à surmonter les difficultés et à saisir les opportunités, qu’il s’agisse du financement, de l’accès aux marchés ou des capacités et des conditions à réunir.

Source : WBANK