L’Algérie « n’accepte la présence d’aucune force étrangère » en Libye

Boukadoum en visite de travail lundi à Madrid

Le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, a indiqué jeudi que l’Algérie prendra « dans les prochains jours » plusieurs initiatives en faveur d’une solution pacifique à la crise libyenne, réitérant le rejet de l’Algérie de la présence de toute force étrangère, quelle qu’elle soit, en Libye.

« L’Algérie prendra dans les prochaines jours plusieurs initiatives en faveur d’une solution pacifique à la crise libyenne, une solution exclusivement inter-libyenne, a déclaré Boukadoum à la presse en marge de l’envoi d’aides humanitaires en Libye, ajoutant que l’Algérie « n’accepte la présence d’aucune force étrangère, quelle qu’elle soit, dans ce pays ».

Après avoir rappelé la position constante de l’Algérie concernant la non-ingérence dans les affaires internes des États, le chef de la diplomatie algérienne a réaffirmé que « la voie des armes ne peut guère être la solution, laquelle réside dans la concertation entre tous les Libyens, avec l’aide de l’ensemble des pays voisins et en particulier l’Algérie ».

Colloque MDI