Les Etats-Unis ont « hâte » de travailler avec Tebboune

Les Etats-Unis accusent la Chine de semer des

Les Etats-Unis se sont exprimés vendredi sur la tenue de l’élection présidentielle en Algérie qui a vu élire Abdelmadjid Tebboune à la tête de la magistrature du pays. Washington s’est dit « hâte » de travailler avec le nouveau président Tebboune.

Tout en affirmant soutenir le droit des Algériens à « exprimer pacifiquement leurs opinions », les USA ont félicité l’Algérie du déroulement de l’élection présidentielle, a rapporté l’AFP citant la porte-parole de la diplomatie américaine Morgan Ortagus.

« Depuis un an, le peuple algérien a exprimé ses aspirations non pas seulement dans les urnes mais également dans la rue », a-t-elle déclaré, ajoutant que « les Etats-Unis soutiennent le droit des Algériens à exprimer pacifiquement leurs opinions. »

La porte-parole a dans le même temps félicité l’Algérie « pour la tenue récente de l’élection présidentielle ». « Nous avons hâte de travailler avec le président-élu Abdelmadjid Tebboune afin de promouvoir la sécurité et la prospérité dans la région », a-t-elle déclaré.

Vendredi après-midi, le président de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), Mohamed Charfi, a annoncé à Alger les résultats préliminaires de la présidentielle. Abdelmadjid Tebboune a a été élu dès le premier tour avec 58,15% des voix exprimées. Plus de 9 millions ont voté jeudi (jour du scrutin) soit un taux de participation global de 39,83%, selon l’ANIE. Le nombre d’électeurs que compte le corps électoral est de plus de 24 millions.

Le scrutin a été marquée par un taux de d’abstention record, soit plus de 60% du corps électoral. En Kabylie (Tizi-Ouzou, Béjaïa et Bouira), le voté a été quasiment nul. Les bureaux de vote ont été fermés dès le début de l’opération de vote jeudi matin.

Parallèlement à l’annonce des résultats de l’élection présidentielle, des centaines de milliers de manifestants défilaient dans les rues du centre d’Alger et de plusieurs villes du pays pour exprimer leur rejet des résultats de ce scrutin et du président élu.

Lors de sa première conférence de presse à Alger, Abdelmadjid Tebboune a dit « tendre la main au « Hirak » pour un dialogue afin de bâtir une Algérie nouvelle ».