Homela deuxGrève générale de 4 jours : Tizi Ouzou, Bouira et Béjaïa paralysées

Grève générale de 4 jours : Tizi Ouzou, Bouira et Béjaïa paralysées

L’appel à la grève générale de quatre jours, du 8 jusqu’au 11 décembre, lancé sur les réseaux a été suivie dans plusieurs wilayas et villes du pays.

Si dans certaines wilayas comme Tizi-Ouzou, Béjaïa et Bouira, tout a été paralysé, la grève a été partiellement suivie dans d’autres wilayas notamment à Alger, la capitale.

Ainsi, à Tizi-Ouzou, Béjaïa et Bouira, tout est fermé ce dimanche au niveau des chef-lieux de wilayas dans toutes les communes. Commerces, administrations, écoles, transports à l’arrêt. Cependant, un service minimum a été assuré. Les pharmacies et les hôpitaux sont restés ouverts.

Béjaïa 


Tizi-Ouzou

Bouira

À Alger, la grève générale a été suivie partiellement. Elle a été signalée dans dans plusieurs communes de la capitale, notamment à Bordj El Kiffane, El Harrach, Draria, Staoueli, Gué de Constantine.

À Alger toujours, les transports en commun fonctionnement le plus normalement du monde. Dans d’autres quartiers de la capitale, notamment à Alger Centre, la grève n’a pas été suivie.

Le mouvement de grève a été également signalée dans  d’autres localités du pays. A Béni Amrane et Bordj Menaiel à Boumerdes, à Bouandas dans la wilaya de Sétif, à Batna, à Tlemcen, à Blida, ou encore les travailleurs de la société SARPI à Hassi R’mel dans le sud du pays.

Les étudiants de plusieurs universités en grève

Dans la capitale comme d’autres wilayas, les étudiants de plusieurs universités ont répondu à l’appel à la grève générale. Elle a été signalée à l’université de Bab Ezzouar, Bouzaréah, EPAU et la faculté centrale (Alger), Université de Tizi-Ouzou, Université de Béjaïa, Université de Constantine, Université de Mostaganem, Université de Bouira.



La grève générale à Bouira et Béjaïa a été suivie par des marches et des rassemblements.


Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine