Répression des magistrats : Une enquête « approfondie » est ouverte

Discrimination et discours de haine : Des peines allant de 6 mois à 10 ans de prison

Le ministère de la Justice, a exprimé, ce lundi, son regret sur ce qui s’est passé hier à la Cour d’Oran où des forces anti-émeutes de la gendarmerie ont malmené des magistrats en grève. Le ministère a estimé que cela n’aurait pas arrivé si tout le monde avait fait preuve de retenue.

Dans un communiqué rendu public, le département de Belkacem Zeghmati a annoncé l’ouverture d’une enquête « approfondie » pour déterminer les responsabilités et éviter la répétition de ce genre d’actes de nature à porter atteinte à la crédibilité de la Justice.

Enfin, le ministère a réitéré sa disponibilité au dialogue avec les magistrats pour trouver une solution à cette crise permettant de « sauvegarder l’intérêt du juge, du justiciable ainsi que de l’intérêt suprême de la société ».