Smail Lalmas: « Le panel du dialogue n’est pas une désignation du chef de l’Etat »

départ des restes de gangs
Smaïl Lalmas, economiste

Smail Lalmas, président vde l’ACE (Algérie Conseil export) est sorti pour la première fois s’exprimer après sa démission du panel de dialogue. Invité au JT d’Echourouk News, M.Lalmas explique les motivations  de son intégration au panel ensuite les raisons de son retrait de ce comité.

« J’étais animé de bonne volonté, moi-même le 22 avril j’avais appelé à la création d’un comité composé de différents acteurs politiques pour lancer un processus de dialogue et sortir avec une feuille de route. Don la création de ce panel coïncidait avec mon idée, je suis convaincu que la sortie de crise passerait par un dialogue sérieux en prenant en considération bien sûr les revendications populaires », a déclaré MLalmas avant de poursuivre « Mon nom a été cité dans plusieurs listes pour participer à une commission de sortie de crise, j’ai accepté mais mon accord était conditionné par le départ du gouvernement, libération des détenus du hirak et la liberté pour les médis, mais ce n’est pas un entêtement de ma part. Je suis un enfant du hirak, j’ai posé ces conditions à MBensalah, parce que c’étais une nécessité pour détendre l’atmosphère et pour réussir toute formule de négociation ».

MLalams explique également qu’il n’a pas été à la présidence pour s’allier à Bensalah. « J’ai été pour annoncer la création du comité, qui n’est pas une désignation du chef de l’Etat, il y a toujours des manœuvres, c’est une commission indépendante,  pour arracher les clés et gagner la reconnaissance du pouvoir, si non les décisions ne seront pas reconnues », précisera-t-il.

Sur les raisons de son retrait du panel, MLalmas  expliquera qu’après le discours de chef de l’Etat major, il s’est senti visé, et c’était plus possible pour lui de rester dans le panel.

MDI School