HomeActualitéNationalKarim Younès ne désarme pas : "Nous maintenons les préalables"

Karim Younès ne désarme pas : « Nous maintenons les préalables »

Le coordonnateur du panel chargé de mener le dialogue et la médiation, Karim Younès, a affirmé dans une déclaration au journal Liberté de ce mercredi 31 juillet 2019, qu’il n’est pas prêt à renoncer à sa mission par devoir historique et de conscience et d’abandonner les « préalables » exposés jeudi dernier au Chef de l’Etat par intérim Abdelkader Bensalah pour faire aboutir le dialogue et sortir de la crise.

« Nous maintenons les préalables. Abdelkader Bensalah nous a donné des assurances », a-t-il déclaré à la même source qui l’a joint au téléphone. « On est prêt à tout sacrifier pour trouver une issue. Mais on n’est pas prêt à marcher sur la volonté populaire », a affirmé l’ancien président de l’APN.

Selon la même source, Karim Younès s’est abstenu de commenter la dernière sortie du chef de l’Etat-major, le général Ahmed Gaïd Salah qui rejeté tous les préalables dont les mesures d’apaisement posés avant l’entame du dialogue, notamment, la libération des détenus du Hirak, la libération du champs médiatiques, l’allègement des barrages aux entrées de la capitale lors des marches hebdomadaires et le départ du gouvernement.

« On ne réagit pas à chaud aux questions d’intérêt capital pour le pays », a expliqué Karim Younès à Liberté.

Karim Younès a fait savoir qu’une réunion du panel est prévue à la fin de ce weekend, pour déterminer la « position » à la lumière de l’évolution de la situation. « L’histoire jugera que nous avons fait le maximum », a-t-il dit.

Mardi, juste après le discours de Gaïd Salah prononcé au siège du ministère de la défense nationale à l’occasion d’une cérémonie en l’honneur des cadets de la nation lauréats du baccalauréat, l’économiste Smail Lalmas, faisant partie du panel de dialogue, a annoncé son retrait de la commission.

« En l’absence d’une réponse positive aux revendications populaires, notamment, les mesures d’apaisement nécessaires pour la réussite du dialogue, et eu égard de la pression que j’ai subi depuis l’annonce de la composante du panel, j’ai décidé de me retirer et de démissionner immédiatement de cette commission », a écrit Smail Lalmas sur son compte Facebook avant d’ajouter : « J’ai fait de mon mieux pour aider à sortir mon pays de la crise ».

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine