Dialogue : Le forum civil pour le changement fait part de « contacts » avec le pouvoir

contestation populaire

Le Forum civil pour le changement (FCPC) est en contact avec le pouvoir pour mandater les personnalités qui devront mener le dialogue national et la médiation avant d’aller vers l’élection présidentielle et sortir de la crise.

C’est ce dont a fait par, ce lundi 22 juillet 2019, Abderrahmane Arar le président du FCPC une déclaration à TSA Arabi. « La réaction positive du pouvoir est une position en faveur de l’Algérie et non en faveur du Forum. Actuellement, il y a des contacts avec le pouvoir parce que nous ne pouvons pas ignorer cette option. Mais ceux qui nous accusent d’avoir conclu un accord sont ceux qui veulent continuer dans la situation d’impasse que nous vivons », a-t-il déclaré.

Et d’expliquer : « Notre position concernant le chef de l’État est celle du peuple. Mais nous sommes convaincus que c’est l’armée qui détient le pouvoir de décision. C’est pour cette raison que notre message était destiné à l’institution militaire qui a répondu, via le chef de l’État. Nous ne l’avons jamais caché parce que nous sommes tenus de traiter avec la partie officielle qui détient le pouvoir de décision ».

Interrogé sur les personnalités qui vont figurer dans le panel qui mènera le dialogue, Abderrahmane Arar a indiqué que « la liste n’est plus entre nos mains. Actuellement nous attendons que les personnalités qui feront l’objet d’un consensus après les discussions soient mandatées officiellement pour mener le dialogue ».

Réagissant aux accusations d’une partie de l’opposition, selon laquelle,  le forum civil travaille pour le pouvoir et que c’est ce dernier qui est derrière l’initiative, Abderrahmane Arar a affirmé que « ni Bensalah, ni Gaid Salah ni les services de renseignements ne sont en mesure de nous dicter notre initiative qui vise à participer à faire sortir le pays de la crise ».

MDI School