La Cour d’Alger maintient en détention provisoire les détenus du Hirak

La chambre d’accusation de la cour d’Alger a examiné aujourd’hui le 17 juillet 2019 les dossiers en appel des seize détenus poursuivis dans le cadre du Hirak et elle a confirmé les décisions de mandat de dépôt à l’encontre de 4 manifestants arrêtés en possession du drapeau amazigh.

Selon un communiqué du RCD, « le collectif des avocats de la défense confirme sa position de principe en boycottant cette audience d’une justice soumise, refusant ainsi de servir d’alibi pour des décisions prises déjà ailleurs que dans les enceintes judiciaires ».

Dans ce sens, le RCD « se félicite de l’élan de solidarité envers les détenus d’opinion exprimé par les citoyennes et les citoyens et de la mobilisation populaire en faveur de la construction d’un véritable Etat de droit démocratique ». De ce fait, « Il tient à rendre hommage au collectif des avocats de ces détenus et salue leur combat pour la consécration de l’indépendance de la justice seule garante des libertés individuelles et collectives et de la sacralisation de la dignité humaine».

MDI Alger

Enfin, le Rassemblement « prend à témoin l’opinion publique sur les nouvelles dispositions anticonstitutionnelles prises à travers un décret présidentiel illégal sous références N°19-179 pourtant création d’un service central de police judiciaire de la sécurité de l’armée publiée au J.O N° 40 de 23 juin 2019 ».

Bessa, Résidence la Pinède