Discours de Gaïd Salah : Djilali Soufiane dénonce « une tentative de reprise en main du Hirak »

Jil Jadid

Le président de Jil Jadid, Djilali Soufiane, a réagi, lundi soir, au discours de Gaïd Salah en dénonçant « une tentative de reprise en main du Hirak ».

Invité à donner son avis sur le discours de Gaïd Salah, lors d’un débat public organisé, durant la soirée d’hier, devant le Théâtre national algérien (TNA) à Alger-Centre, Djilali Soufiane a déclaré que « c’est une tentative de reprise en main du Hirak (mouvement populaire), et une volonté de perpétuer le régime à travers une application stricte de la Constitution qui a été faite pour le régime et contre le peuple ».

« Nous, on demande un changement fondamental du régime dans la paix, la sécurité pour tout le monde. On ne veut pas de changement avec les vengeances , et on ne veut pas s’occuper du passé, mais, construire l’avenir », a-t-il dit, ajoutant qu' »aujourd’hui, les Algériens sont conscients, et ils ont besoin d’avoir un pays stable, de travail, d’emplois, on a besoin d’un avenir pour nos enfants, et on ne cherche pas à aller vers le passé ».

« Il faut qu’ils comprennent (les tenants du pouvoir), qu’il est temps pour qu’il y ait un vrai changement et que le pouvoir revienne au peuple », a-t-il indiqué.

Pour rappel, dans son discours prononcé hier au 2ème jour de sa visite dans la 4ème Région Militaire à Ouargla, le chef de l’Armée, a appelé le Hirak à s’organiser afin de désigner de vrais représentants qui transmettront ses revendications. « Il est préférable que les marches se caractérisent par un niveau raisonnable et suffisant d’organisation et d’encadrement efficace pour faire émerger de vrais représentants qui se distinguent par leur sincérité et intégrité pour transmettre les revendications légitimes de ces marches », a indiqué Gaïd Salah, ce qui permettra, selon lui au mouvement populaire d’éviter « toute forme d’anarchie et de tomber dans le piège de l’infiltration par des individus ayant des plans suspects qui utilisent ses manifestations comme un portail pour scander leurs slogans et brandir leurs bannières, et une passerelle pour transmettre certaines revendications irrationnelles ».

« Il devient impératif de revoir la manière d’organiser ces manifestations et la nécessité de les encadrer par des personnes ayant un esprit nationaliste responsable, qui craignent Allah quand il s’agit de leur peuple, leur patrie et les institutions de leur État, et œuvrent à transmettre les revendications populaires », a-t-il indiqué.

Le vice-ministre de la défense nationale a rejeté la revendication du mouvement populaire consistant en le départ de tout le système et ses système, en la jugeant « non objective et irrationnelle, voire dangereuse et malveillante », visant « à déposséder les institutions de l’État de ses cadres et les dénigrer ».

En outre, Gaïd Salah a exprimé l’attachement de l’Etat-major de l’Armée à l’organisation d’une élection présidentielle et de ne pas sortir du cadre constitutionnel, mais, il n’a pas précisé de date pour la tenue du scrutin. « Il y a lieu d’indiquer que la tenue des élections présidentielles mettra un terme à tous ceux qui tentent de faire perdurer cette crise », a-t-il estimé, ajoutant que « la tenue des élections présidentielles permettra d’éviter de tomber dans le piège du vide constitutionnel et tout ce qui s’ensuivra comme dangers et dérapages aux conséquences désastreuses ».

Dans ce sens, Gaïd Salah a appelé à la création et à l’installation d’une « instance indépendante pour l’organisation et la supervision des élections », appelant à accélérer la mise en oeuvre de ce mécanisme constitutionnel « considéré comme l’outil juridique idoine pour préserver la voix de l’électeur et donner une crédibilité aux élections », a-t-il indiqué.

MDI Alger

En outre, Gaïd Salah a mis en garde contre les risque d’un vide constitutionnel. Selon lui « l’impasse politique et le vide constitutionnel planifiés de manière délibérée par ces entités est un parcours aux conséquences désastreuses sur les plans économique et social du pays, notamment dans le domaine des investissements et la préservation des postes d’emploi et du pouvoir d’achat des citoyens, voire sur tous les autres plans ayant un lien avec le processus de développement de manière générale ».

Bessa, Résidence la Pinède