Abderrahmane Achaibou : « l’importation d’un véhicule de moins de trois ans revient exactement au même prix qu’un véhicule neuf »

Achaïbou :

Abderrahmane Achaibou, le patron du groupe automobile Elsecom, a estimé, dimanche, que «l’importation d’un véhicule d’occasion de moins de trois ans, revient exactement au même prix qu’un véhicule neuf». Selonlui, il faut bien le réfléchir ce retour à l’importation de ce genre de véhicules.

« Ce problème a été posé déjà il y a une dizaine d’années, lorsque, les autorités ont décidé d’arrêter l’importation des véhicules de moins de trois ans. J’avais expliqué à l’époque aux journalistes qui m’ont interrogé, que, l’importation d’un véhicule de moins de trois ans revient exactement au même prix qu’un véhicule neuf», a indiqué Achaibou sur Radio M.

Achaibou a étayé ses propos en expliquant qu’un véhicule que serait ramené certainement d’Europe (non pas du Japon en raison du coût du transport), il sera acheté chez un particulier, qui est déjà, selon lui, « grevé par la marge et la TVA (Taxe sur la valeur ajoutée), qui constituent 30 à 40% du véhicule, et au bout de 3 ans, ce véhicule-là, va baisser de 15 à 25% de sa valeur selon son état ». Selon le patron d’Elsecom « le véhicule d’occasion reste cher en Europe ».

« Maintenant, si cette mesure venait à être concrétisée, encore, il faut la réfléchir, parce que, souvent on va très vite en Algérie. Il faudrait peut-être aller à des véhicules de 5 voire 6 ans d’âge, et à ce moment-là, on pourrait avoir des véhicules de 3000, 4000 à 5000 Dollars, et surtout, si on demande au citoyen de passer par ses propres moyens, et là, je pense que ce n’est pas bon pour le Dinar Algérien, il va encore s’écrouler », a-t-il expliqué.

Contrairement à un concessionnaire automobile agréé qui ne paye que 700 dollars pour le transport d’un véhicule provenant de Corée, à titre d’exemple, dont les prix finaux sont compensés par les grosses quantités, a expliqué Achaibou, il a ajouté qu’«importer un véhicule neuf par milliers d’unités revient nettement moins cher que de l’importer individuellement». «Ramener (individuellement) un modèle du japon signifiera que le prix de son transport à lui seul reviendrait au prix du véhicule lui-même», a-t-il encore expliqué.

Achaibou a suggéré de créer des sociétés spécialisées pour importer des flottes de véhicules d’occasion, pour éviter une perte d’argent aux Algériens sur le plan du transport de l’étranger vers le pays. L’invité de radio M a fait savoir que, 60 000 véhicules neufs ont été importés par des particuliers en 2018.

Pour rappel, le gouvernement a annoncé la semaine dernière que l’importation des véhicules d’occasion de moins de 3 ans par les citoyens va être examinée, et le ministère du Commerce et celui des finances ont été chargés pour définir les modalités d’exécution.