Pétrole: pas d’augmentation dans l’immédiat de la production saoudienne

pénurie de pétrole
Khalid El Falih, Ministre saoudien de l'énergie

Le ministre saoudien de l’Énergie Khalid al-Falih a déclaré mercredi que son pays n’avait pas l’intention d’augmenter dans l’immédiat sa production de pétrole pour compenser une baisse éventuelle de l’offre iranienne. « Les stocks (mondiaux) continuent d’augmenter malgré ce qui se passe au Venezuela et le durcissement des sanctions contre l’Iran », a déclaré M. Falih lors d’une conférence financière à Riyad. « Je ne vois donc pas la nécessité de faire quoi que ce soit immédiatement (…) Mais nous ne laisserons pas nos clients dans la difficulté », a-t-il assuré.

Le président américain Donald Trump, qui a mis fin aux exemptions permettant à huit pays l’achat de pétrole iranien, a assuré lundi que Riyad et d’autres pays de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) « compenseraient » le manque dans l’offre. « L’Arabie saoudite et d’autres à l’OPEP feront plus que compenser la différence dans la production de pétrole dans le cadre de nos sanctions maintenant complètes contre le pétrole iranien », a-t-il affirmé. Au même moment, M. Falih avait affirmé que son pays était prêt à « stabiliser » le marché après la décision américaine. Le royaume saoudien « reste engagé par sa politique consistant à stabiliser le marché par tous les temps », avait-t-il dit lundi.

Premier exportateur de pétrole au monde, l’Arabie saoudite est l’un des principaux alliés des États-Unis au Moyen-Orient et une puissance régionale rivale de l’Iran. Les États-Unis ont encore renforcé lundi leur campagne de « pression maximale » pour faire plier l’Iran, en mettant fin aux dérogations qui permettaient encore à huit pays d’acheter du pétrole iranien.

MDI Alger

Afp

Bessa, Résidence la Pinède