Mokrane Ait Larbi : «Le système dialogue avec les bénéficiaires de la corruption»

Mokrane Ait Larbi
Mokrane Ait Larbi, Avocat, défenseur des droits de l'Homme

L’avocat et militant des droits de l’Homme, Me Mokrane Ait Larbi, a rejeté, ce lundi 22 février 2019, la conférence de dialogue avec la classe politique et les personnalités nationales initiée par le Chef de l’Etat intérimaire Abdelkader Bensalah, et prévue aujourd’hui au Palais des Nations à Alger.

«Nous rejetons la conférence du chef de l’Etat», a écrit Me Ait Larbi sur sa page Facebook, estimant que «le système dialogue avec les bénéficiaires de la corruption».

«J’ai déclaré plusieurs fois que le système sacrifiera quelques têtes pour se maintenir. Afin d’y parvenir, quatre feuilles de routes ont été épuisées, la dernière étant l’organisation d’une élection présidentielle le 4 juillet prochain», a-t-il rappelé.

Me Ait Larbi a expliqué que «pour mettre les Algériens devant le fait accompli, le chef d’Etat, qui est foncièrement rejeté par le peuple, a décidé la tenue d’une « conférence consultative » en dehors de la volonté populaire».

«Si, hier, le système avait pris l’habitude de faire passer de pareils projets dans l’ombre et avec la bénédiction de «personnalités nationales», des partis bénéficiaires de la rente et des organisations de masse, résidus du parti unique, il n’a d’autre issue aujourd’hui que de recourir aux mêmes manœuvres, en faisant appel à ceux qu’il a nourri par la corruption», a-t-il précisé.

Il a ajouté que, «absents depuis le début de la révolution populaire, les complices du système refont subitement surface pour faire des « propositions », qui ne servent aucunement la cause du peuple mais les intérêts du système qui leur a permis d’exister», a-t-il dénoncé.

«Même les partis apprivoisés par le système ont refusé de prendre part aux consultations. Ils ont rejeté cette conférence et sa résultante, car le peuple n’acceptera pas de donner une seconde vie au clan de la corruption ; il a décidé de le démanteler par les moyens pacifiques», a-t-il fait remarquer.

Selon Me Ait Larbi, «la liste des candidats à la candidature de l’élection du 4 juillet dévoile des noms qui sont inconnus même dans leurs milieux proches. Ce qui démasque une nouvelle ruse du système pour s’agripper au pouvoir».

«Jusqu’à quand ce dialogue de sourds entre les mardis et les vendredis ?», s’est-il interrogé, ajoutant que «les propositions sont faites les mardis, et rejetés par le peuple les vendredis. L’état-major de l’armée doit maintenant écouter et répondre aux revendications –toutes les revendications- du peuple, sans manœuvres politiciennes, afin que nous puissions aller vers l’essentiel : chasser toutes les figures de la corruption et démolir tous les bastions du système, afin de commencer enfin à construire la nouvelle Algérie, l’Algérie de tous les Algériens, avec une présidence collégiale composée de personnes dont l’intégrité, le passé honorable et l’envie de voir partir le système, fief de la corruption, ne sont plus à démontrer. Cette présidence collégiale ne sera possible sans l’approbation du peuple».

«Il faut se rendre à l’évidence que ce qui arrive en Algérie depuis février porte un nom : la révolution populaire pacifique. Lorsque le train d’une révolution est en marche, il ne s’arrête qu’à la victoire du peuple sur la dictature et la corruption, dans toutes ses expressions», a conclu Mokrane Ait Larbi.

Bessa, Résidence la Pinède