Liberté de la presse: L’Algérie à la 141ème place dans le classement 2019 de RSF

journalistes en Algérie
Photo: Moncef Ait-Kaci

L’organisation Reporters sans frontières vient de publier son rapport annuel sur l’état de la liberté de la presse. L’ONG considère que le travail des journalistes en Algérie se fait dans un climat peu favorable à la liberté de la presse.

Dans le classement mondial de la liberté de la presse 2019, l’Algérie perd cinq places par rapport à 2018.  Elle passe de la 136e position à la 141e sur les 180 pays retenus pour ce classement.

« Dans un contexte politique assez instable, la liberté de l’information en Algérie demeure fortement menacée. Les autorités continuent à verrouiller le paysage médiatique avec de nombreux procès intentés contre des journalistes. Sous pression judiciaire, la presse algérienne peine à remplir sa mission », indique RSF sur le cas de l’Algérie. Au cours de l’année 2018, le pays a connu une vague d’arrestations de journalistes sans précédent pour des articles jugés diffamatoires, ajoute-t-on. Depuis le début du mouvement de contestation en février 2019, les journalistes algériens ne cessent de réclamer leur droit à couvrir librement l’actualité politique de leur pays.

L’édition 2019 du Classement mondial de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières (RSF) montre que la haine des journalistes a dégénéré en violence, laquelle est facteur d’une montée de la peur. Le nombre de pays considérés comme sûrs, où les journalistes peuvent exercer leur métier en toute sécurité, continue de se réduire, tandis que les régimes autoritaires renforcent leur emprise sur les médias.

MDI Alger

Le Classement RSF, qui évalue chaque année la situation du journalisme dans 180 pays et territoires, révèle le déclenchement d’une mécanique de la peur très préjudiciable à l’exercice serein du journalisme. L’hostilité à l’encontre des journalistes, voire la haine relayée dans nombre de pays par des dirigeants politiques, a fini par susciter des passages à l’acte plus graves et plus fréquents, qui provoquent un accroissement des dangers et, de ce fait, un niveau de peur inédit dans certains endroits.

Bessa, Résidence la Pinède