Karim Tabou : « cette constitution est imposée par un régime illégitime »

Le coordinateur de l’Union démocratique et sociale (UDS), karim Tabou a appelé à une transition qui passera par la volonté du peuple et non, celle pour laquelle opte le régime.

Dans une interview, accordée cet après midi à la chaîne française France 24, Tabou a indiqué que  « le peuple refuse en totalité les solutions proposées par le chef d’état-major de l’ANP, qui veut réduire la crise politique a une crise constitutionnelle».

Dans son explication il a poursuit, que « cette constitution est imposée par un régime illégitime ». Or que le peuple demande le départ de ce régime et quand il part il doit prendre avec lui sa constitution.

Selon lui, « les gens qui sont au pouvoir veulent organiser des élections, or que nous savons que les élections qu’ils ont organisées au par avant sont toutes fraudées ». De ce fait, Tabou « ne pense pas que le chef de l’Etat actuel est la solution, et d’ailleurs «c’est l’avis du peuple le fait qu’il est rejeté par le mouvement populaire» a t-il ajouté.

Le coordinateur de l’UDS estime que «le peuple, rejette le processus actuel, et je pense que les élections présidentielles n’auront pas eu lieu».  Tabou appelle les algériens « à descendre encore dans les rues afin de réclamer un véritable processus de transition qui consacre le principe d’alternance de pouvoir, et instaure un Etat de droit».

Répondant à une question sur le rôle du général et chef d’état major de l’ANP, Ahmed Gaid Salah dans cette période de transition, Tabou a indiqué que « s’il ne répond pas aux doléances du peuple, on comprendra qu’il est la pour protéger les intérêts du pouvoir ». Pour lui maintenant « qu’il a choisi de s’introduire dans la vie politique, il ne peut pas faire marche arrière ».

MDI Alger

Toutefois, karim Tabou estime que la solution, constitutionnelle consacre un même système et mêmes personnes, donc elle est catégoriquement refusée. Selon lui la démarche qui répondra aux doléances du peuple c’est la mise en place d’une instance présidentielle, en plus une instance indépendante pour l’organisation des élections, en plus d’un gouvernement de technocrates.

Bessa, Résidence la Pinède