Fruits et légumes : Flambée des prix dans les marchés du pays

inspection des marchés des fruits et légumes

Les prix des fruits et légumes, particulièrement ceux cultivés sous serre, connaissent une hausse depuis ces derniers jours, a constaté l’agence officielle à travers les étals des marchés.

Cette flambée s’expliquerait par les produits hors saison dont les prix bondissent sur les marchés de gros, selon plusieurs vendeurs approchés par la même source.

Occupé à ranger son nouvel arrivage de fruits dans un marché d’Alger-centre, Mouloud indique que les prix des oranges Thomson vont jusqu’à 160 DA/kg alors que celles de petit calibre sont cédées à 70 DA/kg.

Il appelle même les clients à en acheter davantage avant que, selon lui, les prix n’augmentent encore avec la fin de la saison de cette catégorie d’agrumes.

Pendant qu’il note à la craie blanche les prix de ses fruits, Hamid explique que concernant les fraises, le temps pluvieux maintient les prix à un niveau élevé du fait qu’elles soient difficilement accessibles au milieu des champs pour la récolte.

Interrogé par un client sur le prix élevé des pommes locales à raison de 200 DA/kg en dépit de leur qualité moyenne, Hamid argue que c’est du fait qu’elles ne soient pas de saison.

« Les pommes sont récoltées au début de l’automne. Celles que vous voyez proviennent des stocks frigorifiques et nous nous alignons sur les prix de gros du marché de l’Eucalyptus (Alger-Est) », souligne-t-il.

Une même tendance haussière est constatée au marché de Kouba (Alger): « les prix ont franchement augmenté pour les légumes hors saison », admet Samir, un vendeur.

« Tout ce qui provient des serres est cher car cela nécessite plus de moyens pour l’agriculteur, tandis que l’offre n’est pas très grande », juge un autre.

Parmi les légumes dont le prix reste élevé, selon ce commerçant, figurent le poivron doux ainsi que les haricots verts dont le prix peut atteindre 500 DA/kg.

Pour le jeune Abderrahmane, qui vend ses légumes au marché de Belouizdad, les prix des produits issus des cultures sous serre restent onéreux pour nombre des clients qui passent.

Selon lui, au marché de gros, le poivron doux se monnaie aux alentours de 160 DA/kg, les aubergines et les concombres à 100 DA/kg au marché de l’Eucalyptus, tandis que les haricots verts sont à 350 DA/kg.

« Parmi les prix qui restes raisonnables, l’on peut citer les fèves et les carottes dont le prix de gros oscille entre 40 et 50 DA/kg. Les artichauts aussi sont à un bon prix », estime-t-il.

Quant aux tomates, leur prix fluctue régulièrement sur les marchés, fait-il savoir, indiquant que leur prix de gros est actuellement compris entre 70 et 80 DA/kg.

Pour lui, « même si certains clients se gardent d’en acheter, ce prix reste ‘raisonnable’ par rapport à certaines périodes de l’année où son prix a même doublé ».

Bessa, Résidence la Pinède