HomeLa uneBouchachi : Lamamra et Brahimi veulent « faire échouer le mouvement populaire...

Bouchachi : Lamamra et Brahimi veulent « faire échouer le mouvement populaire »

Le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra et Lakhdar Brahimi sillonnent le monde pour faire échouer le mouvement populaire qui viser à libérer le peuple, a déclaré hier, à Alger, M. Mustapha Bouchachi, avocat et militant des droits de l’Homme, lors d’une conférence.

A ceux qui doutent du mouvement populaire et se demandent si le régime va réellement partir, M. Bouchahci a répondu : « je suis convaincu qu’ils vont partir et nous n’avons pas d’autre choix que de continuer dans cette voie pacifique », ajoutant « notre génération a lutté à des niveaux différents, mais nous avons échoué.Vous, les jeunes, vous êtes l’avenir et vous avez honoré le pays ».

M. Bouchahci a indiqué qu’ « il y a des parties du système qui ont recours aux puissances étrangères pour se maintenir au pouvoir, ils veulent tirer leur légitimité des forces étrangères ». Ils disent à ces puissances « aidez-vous à nous maintenir au pouvoir ».

L’avocat a rappelé que certaines puissances étrangères commencent à prendre leur distance, en citant le président français Emmanuel Macron qui a fait part, lundi dernier, de la difficulté d’évoquer la crise politique que vit l’Algérie depuis un mois, affirmant que tout commentaire sur  la situation « est perçu comme une immixtion ».

M. Bouchachi a indiqué que les magistrats, les avocats, les universitaires et les étudiants ont pris position et on ne peut pas faire machine arrière. Il faut que les institutions prennent leur responsabilité historique et soutenir le peuple.

Pour M. Bouchachi, ceux qui ont soutenu le régime par le passé ne devraient pas être exclus.  « Nous sommes dans une phase de rassemblement et non d’exclusion, tant que le régime s’érode de l’intérieur et que nous avons plus de personnes qui rejoignent les rangs du mouvement, nous avons plus de chance de gagner », a-t-il souligné.

Il a rappelé que seul le peuple a le droit d’exclusion à travers des futures élections libres, soulignant que l’article 7 de la Constitution stipule que le peuple est la source de tout pouvoir et, selon lui, la souveraineté du peuple s’est exprimée à travers les manifestations.

Il estime que le recours à l’article 102 de la Constitution permettra aux institutions, telles que le gouvernement qui a truqué les dernières élections législatives, de se maintenir. Elles vont nous accompagner dans cette phase de transition.

« Nous avons besoin d’un gouvernement d’union nationale, après de larges concertations. Il n’y a pas de dialogue avec le gouvernement actuel, nous ne participerons pas à ce gouvernement,  ni à la conférence nationale organisée sous l’égide de ce régime », a-t-il affirmé

https://www.youtube.com/watch?v=YnQJ3fbRk-c&fbclid=IwAR2aCifPYyd6TY30wlZresNjRscjz6ZLaL-zpvRpBkmvciB4f9w5qMLn59w

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine