La chine plaide pour la non-ingérence dans les affaires interne de l’Algérie

Dans sa première réaction sur la situation en Algérie,  la Chine a annoncé aujourd’hui mardi qu’elle « espérait voir l’Algérie faire avancer sans heurt son calendrier politique».

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Geng Shuang a fait ces remarques lors d’une conférence de presse quotidienne, en réponse à une question sur l’annonce par le président algérien, Abdelaziz Bouteflika, qu’il ne briguerait pas un cinquième mandat, et sur les manifestations de grande échelle survenues récemment dans le pays, a indiqué l’agence de presse officielle chinoise Xinhua.

M. Geng a indiqué que « la stabilité de l’Algérie était dans l’intérêt fondamental de son peuple et de la paix dans les régions voisines».

Dans ce sens, il a indiqué que la Chine adhérait au principe de non-ingérence dans les affaires intérieures des autres pays »  et d’ajouté qu’il « était convaincue que le peuple algérien avait la sagesse et la capacité nécessaires pour explorer une voie répondant aux conditions de son pays » a précisé la même source.

MDI School