Ali Benouari, ancien ministre du Trésor, qualifie l’annonce de Bouteflika d’ « enfumage »

M. Ali Benouari, ancien ministre du trésor, a qualifié ce mardi, le report des élections présidentielles « d’enfumage », lors de son passage à la radio suisse, RTS info.

L’ancien ministre estime que cette proposition consiste pour le président Bouteflika « à contourner l’élection présidentielle et de rester au pouvoir jusqu’à fin 2019, en proposant quelque chose d’absolument ahurissant », dans le sens où « il va conduire lui-même la transition politique ».

M. Benouari explique que « le pays est en train de tourner la page de 57 ans de dictature. A l’indépendance le pouvoir a été confisqué par l’armée qui a instauré un régime dictatorial, qui dure jusqu’à aujourd’hui, avec un acteur au centre de ce système qui est l’actuel président ».

Il a souligné que « les manifestations auxquelles nous assistons depuis le 22 février sont des manifestations spontanées, massives, pacifiques et dans la bonne humeur », rappelant que « tout le monde a été surpris de cette intrusion des masses dans la vie politique algérienne ».

A ce propos, il a indiqué que « les associations, les partis politiques et les gens manifestent  et continent à exprimer leur volonté de manifester tant que ce président est là ».

M. Benouari a rappelé que « le pays est très jeune. 45% de la population a moins de 20 ans et 68% de la population a moins de 30 ans. La jeunesse algérienne n’a absolument aucune expérience des affaires la plupart sont au chômage et encore moins d’expérience en politique c’est un des gros risques du basculement ».

Kia Sportage

Il n’exclut pas la possibilité de se présenter aux prochaines élections présidentielles, si la constitution est révisée, tout en rappelant qu’elle a été modifiée en 2016, pour empêcher les candidats, comme lui, de concourir à nouveau aux élections.

 

 

Bessa, Résidence la Pinède