La Chaîne 3 a mis fin à l’émission «L’histoire en Marche» de Meriem Abdou

L’Histoire en Marche

La chaîne 3 de la radio nationale a mis fin, dimanche 24 février 2019, à l’émission «L’Histoire en Marche» animée par la Journaliste Meriem Abdou.

Cette action de la chaîne radio intervient après la protestation de Meriem Abdou contre le traitement médiatique des manifestations contre le cinquième mandat du président Bouteflika qui se déroulent depuis vendredi dernier à travers le territoire national.

Dans un message posté sur sa page Facebook, la journaliste a annoncé avec regret l’arrêt de la diffusion de son émission qui lui a été signifiée hier. «MERCI !!!! Je ne trouve pas de mots suffisamment forts pour vous signifier ma gratitude, votre large soutien a renforcé ma volonté de poursuivre ma mission pour le droit à l’information, une lutte que mes collègues et moi-même menons sans répit pour mériter votre confiance. J’aurai, en effet, voulu vous donner Rendez-vous jeudi prochain à partir de 17h00 mais hélas l’arrêt de l’émission « L’Histoire En Marche » m’a été signifié aujourd’hui, à vous toutes et à vous tous je dis encore une fois Merci.», a-t-elle écrit.

Rappelons qu’après le black-out opéré par les médias publics, notamment, la radio nationale, sur les marches contre le cinquième mandat de Bouteflika, la journaliste de la Chaîne 3 a protesté en démissionnant de son poste de rédactrice en chef et membre de l’encadrement de la chaîne de radio.

«Je refuse catégoriquement de cautionner un comportement qui foule aux pieds les règles les plus élémentaires de notre noble métier », en ajoutant qu’elle continuera cependant à se consacrer à son émission.», a-t-elle indiqué samedi dans un message sur sa page Facebook.

MDI Alger

Hier (dimanche), les journalistes des radios publiques (Chaîne 3, Chaîne 2, Chaîne 1 et la Radio internationale ‘RAI’) se sont révoltés contre la non-couverture des manifestations contre le 5ème mandat, en indiquant dans un message intitulé ««Journalistes étatiques ou de service public, quels journalistes sommes-nous ?», ils ont écrit : «Nous, signataires, journalistes opiniâtres de la radio nationale, Chaîne III, Chaîne II, Chaîne I, RAI, témoignons du non-respect de la neutralité dans le traitement de l’information au sein de nos rédactions».

Bessa, Résidence la Pinède