Niveau de production OPEP/non-OPEP respecté à 83% en janvier

demande de pétrole

Un Comité technique qui surveille la mise en œuvre des coupes de production OPEP/non-OPEP a constaté que les alliés ont obtenu une conformité de 83 pour cent à la réduction promise, ont dit quatre délégués à Reuters mercredi.

L’OPEP et un groupe de producteurs non-OPEP dirigés par la Russie ont décidé en décembre de réduire la production d’un total de 1,2 million bpj entre janvier et juin dans un effort renouvelé pour rééquilibrer le marché et stimuler les prix du pétrole.

Le rapport mensuel sur le marché pétrolier de l’OPEP (MOMR) a montré la semaine dernière que la production de pétrole brut de l’entente a chuté de 797 000 bpj de décembre 2018 à la moyenne 30 810 000 bpj en janvier 2019. L’Arabie saoudite a réduit la production de 350 000 bpj à 10 213 000 bpj, en deçà de son plafond de 10 311 000 bpj dans le Pacte de coupe de production. Les alliés du Golfe arabe de l’Arabie saoudite, le Koweït et les Émirats Arabes Unis ont également réduit sensiblement leur production. L’Iraq a réduit la production de 43 000 bpj de décembre à 4 669 000 bpj en janvier. C’est encore bien au-dessus du quota irakien de 4 512 000 bpj. La production inférieure de l’OPEP en janvier a également été aidée par plus de 50 000 baisses de bpj (baril par jour) dans chacune de la Libye et du Venezuela, qui, toutefois, sont exemptées des coupes avec l’Iran.

Parmi les pays non-OPEP, la Russie prend la part du lion dans les coupes non OPEP et s’est engagée à réduire la production de 230 000 bpj  sur le niveau de 11 421 000 d’octobre à 11 191 000 bpj.

Moscou, cependant, a dit à maintes reprises qu’en raison des conditions météorologiques et géologiques dans l’hiver russe froid, il ne peut pas réduire sa production de pétrole trop rapidement.

À la mi-janvier, Khalid Al-Falih, ministre de l’énergie de l’Arabie saoudite — le pivot de l’OPEP et l’allié clé de la Russie dans toutes les affaires de la politique de production OPEP/non-OPEP depuis début 2017 — avait dit que la Russie se déplaçait avec des coupes de production « plus lentes que je le voudrais« . Se référant à la part de la Russie dans les coupes, le ministre russe de l’énergie Alexander Novak a déclaré la semaine dernière que le 14 février, le pays avait réduit sa production de 80 000 bpj / 90 000 bpj à partir des niveaux d’octobre.

Novak a déclaré la semaine dernière que les entreprises russes essayeraient d’accélérer les coupes pour atteindre l’objectif d’ici avril.

MDI Alger

Afp

Bessa, Résidence la Pinède