Modernisation du système d’information portuaire : l’EPAL sollicite l’expérience de la Banque Mondiale

Commerce extérieur : La France 1er client, la Chine 1er fournisseur

Une rencontre regroupant les représentants du groupe SERPORT, de la Douane et de la Banque Mondiale a eu lieu dernièrement au siège de l’EPAL.

Cette rencontre a pour but de décliner une feuille de route pour la mise en place d’une passerelle d’échange de données numériques. Selon l’EPAL, ces échanges concernent les données entre le système d’information portuaire et celui de douanes. Cette opération s’inscrit dans le cadre du projet de modernisation du système d‘information.

Pour rappel, en juin 2018, l’EPAL a participé à une exposition au centre international de conférence d’Alger « RAHAL Abdelatif »et qui a eu pour objet de présenter l’état d’introduction des technologies de l’information et de la communication au sein des entreprises du secteur.

Le Port d’Alger a présenté dans son stand son système d’information ainsi que les actions prévoyant l’introduction des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) et ce, dans le cadre la modernisation et numérisation de ses prestations.

L’EPAL tient à informer également que la Direction conteneur a réalisé le mois de janvier 2019 une excellente opération en termes de traitement de conteneurs, opération qui demeure l’essentiel de l’activité de l’Entreprise Portuaire d’Alger. « Le navire Diane A, long de 184 mètres, du consignataire ARKAS battant pavillon turc transportait à son bord 818 conteneurs répartis entre vingt et quarante pieds. C’est très rare que l’EPAL reçoive une cargaison si volumineuse dans un seul navire, et c’est tant mieux pour les indices de croissance et les stats de l’entreprise .Le traitement de ce navire s’est faire assez rapidement en dépit des mauvaise conditions météo de ce mois d’hiver et en respect de la règle : ne pas laisser de navire en attente dans la rade », précise l’EPAL.

Dés la fin du déchargement de ce navire, les équipes de l’EPAL ont fait embarquer 940 EVP vides, « ce qui n’est pas rien au vu de la quantité de conteneurs réexpédiés en un temps très appréciable » précise M.Mansouri, Directeur du Conteneur.