Le Tourisme Saharien, une richesse dormante

assises nationales du tourisme

Quelles sont les potentialités touristiques en Algerie ?

On ne cessera de le dire et de le répéter, que notre Sahara est le plus grand désert au monde, le plus riche et le plus diversifié, sur le plan gisements touristiques. La superficie de l’Ahaggar est égale de celle de la France.

Le Tassili N’Ajjers, le Hoggar, les Oasis de l’Erg oriental (El Oued, Touggourt, Ouargla), la Saoura de l’Erg occidental (El Menea, Timimoun, Adrar, Erg Echech, Beni Abbes, Kerzaz, Taghit) et beaucoup d’autres régions fascinantes mais méconnues.

Cette immense région désertique a-t-elle drainé beaucoup de touristes ?

Au cours des cinquante dernières années (1969-2019), notre Sud très attractif n’a pas reçu plus de 200.000 touristes étrangers dans le cadre du tour-operating, c’est à dire les voyages organisées par les tour-opérateurs et agence de voyages. Les plus grands flux touristiques nous les avons reçu au cours des années 70 et 80. (170.000 environ).il faut souligner, que la saison saharienne dans l’extrême -Sud, va d’octobre à fin avril (tourisme d’expéditions et bivouac).et dans le moyen-Sud (Oasis-Saoura), d’octobre à fin mai, maximum fin juin. A ce niveau c’est du tourisme itinérant composé d’étapes jouissives, en autobus. Plus bas, ce sont des groupes de 10 à 15 personnes, adeptes du tourisme d’aventures et d’endurance, nuitées à la belle étoile, trekking journalier, conditions de séjour rudimentaires. Seulement 25% des territoires touristiques sahariens ont été visités par les touristes depuis 1969.

La responsabilité des pouvoirs publics ?

Elle est essentielle car  depuis 2008, soit dix années, le Hoggar était fermé aux touristes étrangers, ce joyaux  qu’est l’Assekrem, très réputé et attractif, était interdit pour raisons sécuritaires .il est rouvert depuis peu. Le plateau du Tassili N’Ajjers (Djanet), fut longtemps fermé aussi. Depuis 2016, il reçoit des touristes étrangers.

Il faut savoir qu’une agence de voyage locale, nourrit 4 à 5 familles. Donc, elles sont malheureusement dans une situation précaire. Pourtant, la culture touristique demeure toujours là-bas, car on naît et on grandit avec le tourisme. On sent ce besoin du tourisme. Et ces agences locales, sont professionnelles; Elles maîtrisent bien leurs prestations fournies aux touristes étrangers qui sont satisfaits. Le taux de satisfaction est de 95%.Les touristes se font rares par manque de lisibilité et de visibilité.

En amont, les problèmes rencontrés au niveau de beaucoup de consulats à l’étranger qui délivrent avec parcimonie les visas et qui au téléphone, répondent d’une manière dissuasive ou approximative, durant ces dix dernières années. En 2019, ils vont durcir à nouveau leur position par référence, au meurtre abominable commis au Maroc, il y’a quelques jours sur deux malheureuses jeunes filles scandinaves qui faisaient du camping sauvage. Chez nous, ce type de tourisme  se faisait les années 70. Mais les  jeunes européennes ou couples se faisaient invitées pour un bon couscous et repartaient  chez elles émerveillées par tant d’hospitalité et de générosité. La culture touristique existait au Nord, elle a disparu depuis un quart de siècle.

Des nouvelles dessertes sur le Sud ?

Non, elles demeurent insuffisantes, mais les tarifs promotionnels en faveur des agences du voyages existent, 40% de réduction, pour des sièges avion bloqués longtemps à l’avance et payés. Non remboursables. Mêmes avec ces mesures incitatives, moins de 1% des nationaux qui visitent les pays étrangers, partent vers le Sud, par méconnaissance, et par absence de promotion appropriée et attirante des pouvoirs publics. Tenez-vous bien, les directions du tourisme de wilaya ne possèdent pas de budget pour faire la promotion de leur territoires touristiques, et le comble  pas de portail web afin de persuader et capter la clientèle nationale et étrangère.

L’Etat doit-il se retirer de la gestion touristique ?

Bien entendu, car nous restons les seuls en Afrique à le faire. Les Tunisiens et Marocains se sont retirés depuis les années 80, hôtels, tour-operating, salon du tourisme, chez eux c’est l’apanage du privé. Mais, ils avaient réuni les conditions, avant  de se retirer, en préparant le privé à prendre la relève. Chez nous, c’est mi-figue, mi-raisin, le privé n’est pas  encore prêt, au niveau des hôtels, des agences de voyages. Seule une réelle volonté politique à travers une mise en tourisme du pays (investissements de qualité, formation de haut niveau, marketing touristique digital, communication institutionnelle lisible et réactive, textes de loi modernes, souples, incitatifs, décentralisation  …), pourrait permettre à notre destination de  se développer selon les normes observées chez nos voisins.

Et comment se développer ?

En reprenant le SDAT, schéma directeur d’aménagement touristique, horizons 2030, lancé, sous Cherif Rahmani, lors des assises nationales et internationales du tourisme algérien, organisées en février 2008(dix ans passés).Ouvrage colossal, 250 pages, 5 livres. C’est notre boussole, régions par régions, territoires par territoires, une mise en tourisme moderne et clairvoyante. Car avant, durant vingt ans, on naviguait à vue. Ce SDAT, demeure  négligé par manque de conviction des hauts responsables et, par manque de compétences. Celles existantes, la majorité est ignorée, car dérangeante par ses idées constructives et pragmatiques, non démagogiques, non approximatives, sans complaisances. Notre belle côte d’Est en Ouest, est massacrée par des constructions illicites, notamment dans des ZET(zones d’expansion touristique),wilayas El Tarf,Annaba,Jijel,Bejaia,Tizi-Ouzou,Alger,Tipasa,Mostaganem,Oran,…etc. Le tourisme balnéaire demeurera ainsi toujours  souffreteux  et incitera les nationaux d’aller passer leur vacances chez nos voisins, dont la Tunisie sert de facto, d’annexe territoriale touristique chaque été. Une destination d’oxygène pour les nôtres qui fuient la «ghouma» (l’étouffement psychologique). Les visas Schengen rarement obtenus accentuent cette situation.

Les pouvoirs publics pensent développer le tourisme chez nous, mais ils le font de manière à ce qu’il ne se développe pas.

La seule volonté politique qui existe est celle de négliger cette immense richesse dormante. Aux yeux des experts étrangers dans le domaine, notre pays demeure fermé au tourisme.

Qui ne croit pas à la destination, ne croit pas à l’Algérie tout court.

FIN

Said Boukhelifa Président du SNAV

Expert international du tourisme

Kia Sportage

Membre du conseil d’administration et délégué pour l’Algérie de l’AMFORHT (Association mondiale pour la formation hôtelière et touristique)

Bessa, Résidence la Pinède