Algérie-Chine : la France s’inquiète du rapprochement entre les deux pays

La France annonce des quotas annuels sur l’immigration économique

La France s’inquiète des ambitions de la Chine en Algérie. Rien ne semble arrêter l’Empire du Milieu dans sa conquête du monde, notamment depuis le lancement de son programme «nouvelles routes de la Soie » qui suscitent autant d’espoirs que d’inquiétudes.    

A ce propos, le Sénat français a exprimé sa préoccupation quant au rapprochement sino-algérien sur les plans commercial, économique et même spatial, a rapporté hier le quotidien Echourouk sur son site officiel, citant un rapport du sénat français qui date du 30 mars dernier.

Ledit rapport a souligné que la Chine développe des routes de la soie allant du Pakistan jusqu’au Maroc et en passant par  l’Algérie, « cela nécessite des actions françaises et européennes pour contrer cette extension chinoise », préconisent les rapporteurs.

« La Chine exhorte de nombreux pays à adhérer à sa politique spatiale pour lancer des satellites et est en train d’établir des routes de la soie avec un nouveau concept d’économie, de commerce et de technologie spatiale. Cette politique s’est accélérée ces dernières années », indique le rapport.

Dans le cadre de sa politique spatiale, la Chine a signé ses premiers contrats en 2010 avec l’Algérie, le Pakistan et le Venezuela. Pékin supporte une partie du coût financier de ces opérations, précise la même source.

Le rapport préparé par la Commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées du sénat français ne s’est pas arrêté à la coopération sino-algérienne dans le domaine spatial. En effet, le rapport a également souligné la coopération entre les deux pays dans le secteur des infrastructures et des travaux publics, rappelant le port d’El-Hamdani en cours de réalisation et la construction de l’autoroute Est-Ouest. A ce propos, le rapport n’a pas manqué de faire remarquer le retard dans la livraison du projet et le coût supplémentaire.

MDI Alger

Par ailleurs, le rapport des sénateurs français a mis en exergue la volonté de l’Empire du milieu de s’étendre également au Maroc, où il a lancé plusieurs projets pour la réalisation des infrastructures qui se manifestent à travers la nouvelle ville financière de Casablanca et les zones commerciales et industrielles de Tanger, a indiqué la même source.

Bessa, Résidence la Pinède