Lutte contre le travail des enfants : le secteur informel incontrôlable

travail des enfants

Le ministre du Travail, de l’emploi et de la sécurité sociale Mourad Zemali, a reconnu aujourd’hui l’incapacité de l’Etat à contrôler encore une fois ce qui se passe dans le secteur informel, y compris le travail des enfants.

Zemali qui a présidé la cérémonie de célébration de la journée mondiale contre le travail des enfants, placée cette année par le Bureau International du Travail BIT, sous le thème: « Génération, Santé et sécurité », a reconnu qu’il est «difficile de contrôler le secteur informel » même en matière de travail des enfants.   

Pour lutter contre ce phénomène, le ministre a appelé à l’implication des  citoyens dans la lutte du Travail des enfants car il est difficile aux agents de l’Inspection du travail de faire ce travail à eux seuls. «La responsabilité est collective. Un numero vert a été mis en place par les autorités pour recevoir les appels de détresse  des enfants en Algérie », a souligné M.Zemali.

En matière de contrôle, les différents bilans établis à titre indicatif, durant les dix dernières années, montrent que le travail des enfants occupait un taux quasi-nul et que des actions sont engagées depuis 2002 de manière systématique par les services de l’Inspection du travail au titre du respect de l’âge minimum pour le recrutement, par tout employeur.

D’ailleurs, en 2018, le nombre d’organes contrôlés a atteint à ce jour, 9748 contre 5847 en 2002. Le nombre d’effectifs contrôlés durant les 5 premiers mois de l’année en cours est estimé à 81068, dont 4 moins de 16 ans soit un taux infime de 0,005%. En 2002, le nombre d’effectifs contrôlés était à 16895, dont 95 enfants moins de 16 ans soit 0,56%. À travers ces statistiques, on peut dire que le secteur a enregistré une avancée importante en matière contre le travail des enfants.

Le bilan de contrôle relatif à l’aspect du travail des enfants révèle que le taux de ce phénomène étant quasi-nul, du fait que le phénomène du travail des enfants se situe en dehors des relations de travail. Il s’agit notamment d’enfants qui travaillent pour leur propre compte ou dans le milieu familial, ce qui implique la coordination avec d’autres secteurs, tel la Solidarité nationale, l’Education nationale, la famille. De ce fait, il ne constitue qu’un segment de la problématique du travail dans notre pays.

KIA RIO

En outre les pires formes de travail des enfants de situent dans les guerres et les conflits armés impliquant des enfants, objets d’exploitation sexuelle et économique des enfants par les réseaux de trafics qui ne sont nullement observé dans notre pays.

Hassi Messaoud Expo