HomeénergiePétrole : La production russe stagne mais reste supérieure aux quotas

Pétrole : La production russe stagne mais reste supérieure aux quotas

La production pétrolière russe a stagné à 10,97 millions de barils/jour pour un troisième mois d’affilée en mai, dépassant de nouveau les quotas fixés dans le cadre d’un accord global, ont révélé ce samedi les données du ministère de l’Energie, a rapporté l’agence Reuters.     

La Russie, l’un des plus grands producteurs de pétrole au monde, et l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) ont accepté de réduire leur production combinée de 1,8 million de barils/jour afin de soutenir les prix.    

 La Russie s’est engagée à réduire sa production de 300.000 barils / jour par rapport à 11,24 millions barils / jour atteints en octobre 2016, base de référence de l’accord. La production des trois derniers mois en Russie est au plus haut niveau depuis la production de 11 millions de barils/jour en avril 2017. En tonnes, la production de pétrole a atteint 46,377 millions en mai contre 44,878 millions en avril, a précisé Reuters.

Par ailleurs, les majors pétroliers russes Lukoil et Surgutneftegaz ont maintenu leur production inchangée le mois dernier. La production de Gazprom Neft, la seule société russe produisant du pétrole offshore dans l’Arctique, a baissé de 1,1%, selon la même source.

La production du plus grand producteur de pétrole coté au monde, Rosneft, a légèrement augmenté de 0,2% en mai par rapport à avril.  De l’avis des analystes, Rosneft est capable de restaurer 70.000 barils/jour de production en seulement deux jours si les limites de production mondiales sont levées, explique le même média.

 C’est dans ce contexte d’une éventuelle hausse de la production que les producteurs de l’OPEP et des pays non membres de l’OPEP, menés par la Russie,  se réuniront à Vienne les 22 et 23 juin pour examiner l’accord en cours, qui est valable jusqu’à la fin de l’année. Ils peuvent faire quelques ajustements, tels que la taille des bordures de sortie et le calendrier d’assouplissement des restrictions.

Pour rappel, une étude réalisée par Reuters a révélé que la production pétrolière de l’OPEP est tombée à son plus bas niveau depuis 13 mois en mai en raison de la baisse de la production vénézuélienne, des pannes Nigéria et du respect de l’accord de réduction de l’offre.

Les exportations d’oléoducs russes ont chuté en mai à 4,217 millions de bpj contre 4,367 millions en avril. La production de gaz s’est chiffrée à 58,12 milliards de m3 le mois dernier, soit 1,87 m 3 par jour, contre 61,86 m 3 en avril, a indiqué la même source.

L’Irak, troisième producteur du cartel, signera des contrats d’exploration et de développement pétrolier et gazier pour six blocs, a annoncé samedi le ministère du pétrole dans un communiqué.

En effet, trois contrats seront signés dimanche avec Crescent Petroleum, société irakienne basée aux Emirats Arabes Unis. Lundi, deux contrats seront signés avec la compagnie chinoise Geo-Jade et un autre avec United Energy Group, également basé en Chine,  a indiqué Reuters.

Le ministère du Pétrole avait organisé une vente aux enchères le mois dernier pour attribuer des contrats à des compagnies énergétiques internationales avec 11 blocs proposés près des frontières avec l’Iran et le Koweït et dans les eaux du Golfe. Cinq n’ont pas réussi à attirer des offres.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine