Hôtellerie : les bons chiffres d’El Aurassi

chaîne hôtelière El Aurassi

En débit des déficits enregistrés par ses trois hôtels du sud, la chaîne hôtelière El Aurassi a affiché de bons résultats au titre de l’exercice comptable de l’année 2017. Ses performances productives, sa rentabilité financière sur fond d’atteinte des objectifs managériaux demeurent satisfaisants et en constantes progressions.  Son chiffre d’affaires a effectivement fait un bon de 6,3% d’une année à l’autre en passant de 2,7 milliards de dinars en 2016 à 2,9 milliards de dinars en 2017, faisant ainsi progresser d’environ 65% sa rentabilité financière. Le bénéfice net de 549,2 millions de dinars qui en a résulté permet de distribuer d’appréciables dividendes à ses actionnaires public et privés qui seront calculés sur la base de 40 dinars par actions détenue.

Les objectifs assignés à l’entreprise au titre de l’exercice comptable en question, ont été réalisés à concurrence de 91% % en matière d’hébergement et de 97% pour ce qui est de la restauration. Autant de performances managériales qui ont permis de faire progresser sensiblement l’activité et les profits de la Chaîne, en dépit d’une conjoncture peu favorable et d’une lourde dette d’investissement résultant en grande partie de la rénovation de l’hôtel El Aurassi.

Conséquence de cette bonne tenue des comptes de l’entreprise, l’activité boursière a pu être maintenue à un niveau acceptable qui a permis de stabiliser aussi bien la valeur du titre en bourse que celle du dividende qui sera de 40 dinars cette année encore..

A noter que l’entreprise El Aurassi est depuis 2012 une chaîne hôtelière s’est vue rattacher trois hôtels sahariens nécessitant de couteux travaux de modernisation dont elle a du supporter charges durant plusieurs années. Il s’agit des hôtels Rym de Beni Abbès,  du Mehri de Ouargla et d’El Boustène d’El Menaâ. La direction d’El Aurassi qui s’est lancée dans une vaste action de réhabilitation dans l’espoir de voir ces trois infrastructures constituer le fer de lance d’un tourisme saharien très prometteur, espère en récolter les premiers fruits dés cette année. Les touristes attendent en effet beaucoup de ces trois joyaux de l’hôtellerie saharienne qui viennent de subir de bénéfiques opérations de rénovation. Si elle venait à être gérée convenablement l’entrée en activité de ces trois hôtels pourrait faire bondir les bénéfices de l’année 2018 d’au minimum 170 millions de dinars, estiment un haut responsable de la Chaîne. Interrogé sur l’importante question de la promotion du tourisme saharien monsieur Abdelkader Lamri PDG de la Chaîne El Aurassi nous apprend qu’une de ses équipes est déjà à pied d’œuvre pour redonner vie aux circuits touristiques qui gravitaient, jusqu’à fin des années 80, autours de ces trois joyaux du tourisme saharien. « Avec l’aide des tour-opérateurs spécialisés dans ce genre, une bonne politique des prix et l’appui d’une communication volontariste nous pourront, j’en suis convaincu gagner le pari d’attirer un maximum de touristes nationaux et étrangers vers ces destinations» tient-il à ajouter.

MDI School