Marché automobile : A quand le retour de l’importation des véhicules de moins de 03 ans ?

TVA pour les unités d’assemblage de véhicule

« Les nouvelles taxes prévues dans la loi de finances complémentaire, entreront en vigueur à partir du mois de juillet prochain. Notamment celles relatives au permis de conduire biométrique, la carte grise, et surtout, la réintroduction de la TVA pour les unités d’assemblage de véhicules », selon le ministre des finances Abderrahmane Raouya, rapportent plusieurs medias.

Dans ce sens, les assembleurs de vehicules, « MADE IN BLADI » seront contraints de verser un taux réduit de TVA, soit 9%, sur chaque unité vendue. Ce qui va se répercuter sur la facture finale que paiera le client, avec une hausse de la valeur de la taxe.

Or, la vraie problématique réside  justement dans le calcul des prix des voitures, qui ont suscité une énorme campagne de boycott.

Bien que la réinstauration de la TVA demeure une mesure qui témoigne d’un pas certain, de fait, vers la régulation de cette activité,  le gouvernement, et précisément le ministère du Commerce, se débattent toujours dans des études, et recensements, pour déterminer à quel niveau, sont opérées les marges astronomiques de bénéfices, pour pouvoir éventuellement y remédier.

Résultats des courses, les assembleurs, certes, paieront la TVA, mais continueront de bénéficier de tous les avantages, bancaires, douaniers et administratifs, alors que les prix des véhicules augmenteront. Ce qui ne constitue évidement pas, la réponse  adéquate, à la résistance nationale, entamée par les consommateurs, contre l’achat de ces véhicules. D’autant plus que selon les experts, l’ensemble de ces mesures de facilitations à l’investissement, coûtent au Trésor public, la bagatelle de 500 milliards de dinars.

Par ailleurs, les observateurs, ne comprennent, pourquoi, on occulte une solution qui a le mérite de régler tous ces problèmes en même temps, et satisfaire, autant, le citoyen, que l’Etat, en l’occurrence, la réouverture de l’autorisation d’importer des véhicules de moins de 03 ans.

Effectivement, cette mesure mettrait fin à toutes les spéculations. Nonobstant, le fait, que l’Etat ne supportera plus le poids de ces importations, du fait qu’elles seront effectuées et financées par des particuliers. A cela il faut ajouter le volume des taxes douanières, engendrées par ces opérations, qui seront versées au Trésor public. Sans parler de l’impact que cela pourrait avoir, sur le marché informel des devises.

Il va sans dire, que ces avantages, ne seront pas au gout des lobbys de l’assemblage, qui continueront d’exercer leur pouvoir. Sinon comment expliquer ce statu quo, ce refus de recourir à la solution de l’importation de véhicules de moins de 03 ans, réclamée par les consommateurs, et fortement conseillée par les spécialistes ?     

MDI School