Des équipements locaux pour la réalisation du méga projet de 4.000 MW d’électricité de sources renouvelables

solaire en Afrique

La concrétisation du méga projet de 4.000 MW d’électricité de sources renouvelables se fera avec des moyens et équipements locaux, a indiqué jeudi à Alger, le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni.

« Nous avons décidé d’installer 4.000 MW d’électricité de sources renouvelables, pour 8 milliards de dollars, et ce, avec nos moyens et capacités et non pas avec des équipements importés », a souligné M. Guitouni, en marge d’une journée pour l’incitation à la fabrication en Algérie de matériels électriques et gaziers.

Selon lui, l’Algérie est aujourd’hui déterminée à asseoir une industrie dédiée aux énergies nouvelles et renouvelables.

Il a, à ce titre, précisé qu’à fin 2017, la production nationale de panneaux photovoltaïques s’est située entre 100 et 150 méga watts.

L’Algérie, a-t-il poursuivi, continuera à fabriquer ces équipements, d’autant que plus de 160 MW d’électricité de sources renouvelables seront, « dans peu de temps » mis sur le marché.

« Nous allons, dans peu de temps, mettre sur le marché, quelques 160 MW d’électricité d’origine renouvelable dont deux (2) fois 25 MW, au titre du programme de Sonelgaz, pour débrider les centrales du Sud et diminuer la consommation du gasoil, alors que 100 à 120 MW devant être mis aux enchères pour permettre aux investisseurs privés de s’y mettre », a-t-il indiqué.

Par ailleurs, M. Guitouni a réaffirmé que le projet d’exploitation du gaz de schiste « est toujours à l’étude ».

Il a, à ce propos, souligné que l’Algérie qui étudie les possibilités pour l’exploitation du gaz de schiste, comme beaucoup d’autres pays, recèle un potentiel important, occupant la troisième place mondialement en matière de réserves.

Dans ce sens, le ministre a expliqué, que l’Algérie est en train de rassembler toutes les données concernant les gisements et l’exploitation de gaz de schiste avant de se décider de se lancer dans ce domaine.

MDI Alger

« Nous étudions profondément toutes les questions qui concernent le projet d’exploitation du gaz de schiste, notamment s’agissant des conditions de développement de cette ressource et des technologies liées à son exploitation, en plus de l’efficacité économique et la protection de l’environnement, des ressources hydriques et de la population », a-t-il rassuré.

Bessa, Résidence la Pinède