Investissement touristique ; les opérateurs français ciblent le secteur hôtelier

Rencontre algéro-française de l’hôtellerie

L’investissement dans le secteur hôtelier intéresse de près les opérateurs français. D’ailleurs, le Bureau Business France d’Alger organise les 24 et 25 avril 2018, la 2ème Rencontre algéro-française de l’hôtellerie. Business France invite dans ce sens les opérateurs français à participer à cette rencontre afin de rencontrer les donneurs d’ordre et promoteurs algériens du secteur de l’Hôtellerie.

Les opérateurs concernés sont les architectes, constructeur, designer, décorateur,  équipementier, fournisseur de services, formateur, conseils en engineering, e-solutions, …

« Vous voulez vous positionner sur les projets en cours de réalisation et à venir, Vous faire connaitre auprès des prescripteurs, donneurs d’ordre et des promoteurs algériens, Profiter des retombées d’un marché en pleine croissance », indique Business France.

Avec une offre de 112 264 lits toutes catégories, le parc hôtelier algérien compte actuellement 1 289 établissements, qui est en deçà des forts besoins exprimés ; 1 946 projets sont en cours de réalisation pour 258 560 nouveaux lits. Beaucoup de projets sont lancés par le secteur privé (moyenne de 35 unités/an).

Le secteur public quant à lui a lancé depuis 2 ans un plan de rénovation et de modernisation devant toucher une grande partie de ses 63 unités hôtelières. Le budget alloué à ce plan public est de 70 Mds DA (près de 680 M €).

Notons par ailleurs que le parc hôtelier algérien se renforcera de quelques 80 hôtels, qui seront réceptionnés au cours de l’année 2018, et ainsi augmenter les capacités d’hébergement et faire réduire les prix.

Aussi, environ 2 000 projets touristiques ont été approuvés par le ministère du tourisme depuis 2011, et toutes les études techniques au niveau de toutes les wilayas sont presque terminées, selon les responsables du secteur.

A noter que, l’un des problèmes récurrent du secteur du tourisme en Algérie, demeure la capacité d’hébergement, ce qui fait que le tourisme domestique reste complètement insignifiant, et poussant les touristes algériens par millions, à choisir les destinations étrangères.

MDI School