Les exportations hors hydrocarbures au cœur de la 50è Foire d’Alger

importations de véhicules japonais en baisse

« Nous sommes présents à la 50ème Foire Internationale d’Alger pour promouvoir les exportations, car le rôle de notre compagnie est d’assurer les ventes à terme » a déclaré M. Hocine Sadi, Directeur commercial de la Compagnie Algérienne d’Assurances et de Garantie des Exportations (CAGEX), ce mardi lors d’une conférence placée sous le thème « Promotion des exportations hors hydrocarbures ».

Il a précisé que « la CAGEX étudie la solvabilité de l’acheteur à l’international en procédant à une étude préalable pour connaitre les capacités de l’acheteur à payer, en cas de défaut de paiement, la compagnie rembourse l’exportateur algérien à hauteur de 80% pour le risque commercial et 90% pour le risque économique, guerre et catastrophes naturelles ».

Il a rappelé que « l’assurance export est une assurance facultative. Toutefois,  dans un délai de paiement compris entre 181 et 360 jours, elle devient obligatoire ».  

Concernant le rôle de la CAGEX, M. Sadi a indiqué que « la Compagnie organise en collaboration avec les banques et les différentes chambres de commerce, au niveau de chaque Wilaya, des séminaires pour informer les exportateurs », poursuivant « la CAGEX représente également une garantie pour la banque, car en cas d’insolvabilité de l’acheteur, la CAGEX paie directement la banque à travers un avenant de subrogation qui un est droit de transfert d’indemnités ».

Cette conférence a été marquée par l’intervention du secrétaire général de l’Agence nationale de Promotion du Commerce Extérieur (ALGEX), M. Hocine Boubtina qui a indiqué que « notre présence à cette Foire est de promouvoir les exportations et informer les entreprises algériennes des dispositifs de soutiens à l’export mis en place par le gouvernement », en ajoutant « cette manifestation est l’occasion de faire connaitre les produits algériens aux entreprises étrangères. Cela peut les inciter à nouer des partenariats ».

Interrogé sur les freins à l’exportation, M. Boubtina a précisé que «  la réglementation bancaire reste le principal frein à l’acte d’exporter, et nous espérons que le nouveau parlement va prendre d’autres mesures pour faciliter les exportations ».   

A ce propos, il a rappelé les mesures déjà prises par l’Etat, comme la création du Fonds Spécial pour la Promotion des Exportations, les exonérations fiscales et le prolongement du délai de rapatriement des devises porté à 360 jours. 

MDI Alger

M. Raffed Abedelkader, secrétaire général de l’Association Nationale des Exportateurs Algériens (ANEXAL) a affirmé que « dans ce contexte de crise, l’exportation est devenue une nécessité pour compenser les pertes liées à la chute des prix de pétrole ».

Bessa, Résidence la Pinède