Productivité: L’amélioration de la qualité s’impose

Prix Algérien de la Qualité

L’amélioration de la qualité et de la productivité devient une préoccupation fondamentale pour les opérateurs économiques mais aussi pour le Gouvernement. Le développement des exportations hors hydrocarbures passe impérativement par l’amélioration de la qualité de la production locale. Cette problématique, sera en fait le thème principal débattu lors d’un important séminaire organisé par la chambre algérienne du commerce et d’industrie (CACI)  les 14 et 15 novembre  2016  prochains à Alger. Le thème retenu étant « La qualité, un levier de compétitivité : Enjeu vital pour l’entreprise ». L’objectif principal de ce  séminaire-atelier étant d’expliquer aux cadres l’importance et les enjeux de la mise en place d’une démarche qualité au niveau de l’entreprise quelque soit le secteur où elle évolue.

MDI Alger

Pour la CACI « l’entreprise est un acteur économique produisant des biens et des services pour d’autres « clients » en dégageant des bénéfices. Elle nécessite en permanence des choix et des prises de décisions, quelques fois, vitales pour son existence ». Les clients sont indispensables à sa survie. C’est pourquoi l’amélioration de la qualité et de la productivité est un objectif permanent qui ne doit souffrir d’aucun compromis. « L’importance des enjeux fait que la qualité ne peut pas être considérée comme une heureuse retombée du respect des procédures de fabrication ou de conception. La qualité doit être gérée en tant que telle, c’est-à-dire qu’elle doit être pensée (voulue et décidée) et pilotée (processus de transformation) pour dégager un résultat. Car non seulement, il faut être capable de réaliser la qualité exigée par le client, mais il faut mettre également en place un système permettant de pérenniser ce qui a été mis en place », lit-on sur le site de la CACI qui ajoute « qu’à terme, cela permettra de renforcer la confiance des utilisateurs, de fidéliser le client, de valoriser le savoir-faire des industriels, de supprimer les couts inutiles et par conséquent, de valoriser les performances économiques globales de l’entreprise ».

Bessa, Résidence la Pinède