Dix multinationales plus riches que 180 pays

multinationales plus riches

Une étude réalisée par Global Justice Now, un organisme de bienfaisance dont la raison d’être déclarée est la lutte contre la pauvreté dans le monde, publiée récemment, a abouti à une conclusion que peu peuvent concevoir. Il est, en effet, difficile pour le grand nombre de concevoir que dix multinationales concentrent entre leurs mains plus de richesses que 180 Etats. Des richesses qui se situent à des niveaux astronomiques. Puisqu’elles sont estimées, pour les dix multinationales, Walmart, Apple, des géants du pétrole Shell, Sinopec, China National Petroleum, BP,  Exxon , de l’automobile  Toyota, Volkswagen et l’entreprise d’électricité chinoise State Grid à…285 billions de dollars. Alors que celles cumulées des 180 Etats ne dépassent pas les 280 billions de dollars. Pour avoir une idée du caractère astronomique de ces richesses, surtout de celles des dix multinationales, il faut savoir qu’un billion vaut…1000 milliards de dollars.

Pour Nick Dearden, directeur de  Global Justice Now, l’accroissement régulier de la richesse des multinationales, en général, est dû, pour une bonne part, au fait que « les gouvernements de nombre d’états aient cédé aux pressions de (celles-ci) pour promouvoir un régime fiscal (qui leur est) favorable et qui néglige les besoins des citoyens ordinaires ».

Soulignant le danger de cette formidable concentration des richesses entre les mains d’un groupe restreint de grandes entreprises et, corollairement, « de la montée en puissance » des multinationales qui en font partie, Nick Dearden a déclaré que l’une et l’autre « sont au cœur d’un grand nombre de problèmes mondiaux, comme l’inégalité et les changements climatiques ». Et d’ajouter, pour mieux mettre en exergue ce danger, que « la course aux profits à court terme semble éclipser les droits fondamentaux de millions de gens sur la planète ».

MDI Alger

Deux faits démontrent ce constat : les sérieuses difficultés dans lesquelles se débattent, depuis deux années du fait du ralentissement de la croissance de celle de la Chine, les économies des pays émergents et ce, dans le même temps où la plupart des multinationales ont augmenté leurs profits ; et l’extension de l’instabilité et de la violence dans nombre de pays

Bessa, Résidence la Pinède