Produits alimentaires : hausse quasi-générale des prix en mai

produits alimentaires

Les prix au détail de la majorité des produits alimentaires ont connu une hausse en mai dernier par rapport au même mois de 2015, tandis que des différences de prix demeurent significatives entre des régions du pays, selon le ministère du Commerce.

Pour les produits d’épicerie, les prix à consommateurs se sont envolés entre les deux périodes de comparaison pour le lait en poudre infantile (+11,1%), le thé (+ 9,3%), la farine conditionnée (+8,7%), le concentré de tomate (+8,1%), le riz (+7,1%), la levure sèche (+6,4%), les pâtes alimentaires (+4,5%), le café (2,4%) et le sucre blanc (+1,2%).

Par contre, des baisses ont été enregistrées pour le lait en poudre adultes (4,3%), les huiles alimentaires (-1,5%) et la semoule ordinaire (-0,2%).

Concernant les légumes secs, à l’exception des prix des haricots secs qui ont connu une baisse de 17,2%, il a été enregistré une flambée des prix pour les pois chiches (+32,1%) et les lentilles (+21,2%).

Pour les légumes frais, une diminution des prix a été observée pour la pomme de terre (-31,3%), l’oignon sec (-14%) et la tomate fraîche (-8,2%),         Mais une forte hausse des prix a touché aussi bien l’ail local sec (+86,2%) que l’ail importé (+42,7%).

Pour les viandes, le prix du poulet éviscéré a baissé de 11,7% en mai 2016 par rapport à un an plus tôt.

Une même tendance baissière mais légère a été constatée pour la viande ovine locale dont les prix moyens ont diminué de 0,2%.

En revanche, les prix des viandes bovines fraîches locales et celles importées et congelées ont augmenté respectivement de 1,4% et de 3,3%.

Des différences de prix notables entre les régions du pays

Par ailleurs, il est constaté des disparités de prix substantielles entre les régions du pays pour des produits alimentaires, qui s’expliquent essentiellement par les habitudes alimentaires d’une région pour certaines denrées, les frais de transport pour les wilayas éloignées et la spécialité agricole d’une région pour ce qui concerne les légumes et fruits ainsi que les viandes.

Ainsi, le prix moyen de la pomme de terre était à 37 DA/kg dans la région de Blida en mai dernier contre 59 DA à Ouargla (différence de l’ordre de 22 DA), alors que l’ail local coûtait 126 DA/kg sur les étals d’Alger contre 352 DA à Ouargla (différence de plus de 220 DA).

Idem pour la tomate fraîche qui valait 63 DA/kg dans la région de Sétif contre 93 DA à Bechar (différence de 30 DA), tandis que le poivron était cédé à 61 DA/kg à Sétif contre 114 DA à Béchar (différence de 53 DA).

Le kilogramme de mandarines était cédé à 175 DA à Blida contre 475 DA à Béchar (différence de 300 DA).

Concernant les produits d’épicerie, le prix moyen de la farine infantile était à 207 DA à Annaba et à 393 DA à Alger (différence de presque 190 DA).

Même tendance pour le prix de la farine conditionnée qui est moins chère à Ouargla puisque vendue à 41 DA/kg contre 57 DA à Batna (différence de 16 DA).

Très prisé dans le sud du pays, le thé était vendu à 850 DA/kg à Ouargla contre 387 DA à Annaba (une différence de plus de 460 DA).

Quant aux dattes, elles coûtaient 369 DA/kg à Ouargla contre 587 DA à Sétif (différence de presque 220 DA).

S’agissant des viandes, il est observé qu’elles sont moins chères dans la région de Batna: le kilogramme de viande ovine locale s’y vendait à 1.238 DA/kg contre 1.433 DA à Alger (différence de près de 200 DA), alors que la viande bovine locale y était cédée à 839 DA/kg contre 1.342 DA à Oran (différence de plus de 500 DA

MDI School